BD – LOVING DEAD de Raffaele

7

Si dès la couv on pense avoir affaire avec un sous-Walking Dead, ce one shot tire franchement bien son épingle du jeu. Plein d’humour, il nous plonge aux cotés d’Alan, un pauvre gars devenu zombie. Rien de très original, la plupart des humains sont dans cet état et luttent comme ils peuvent contre la décomposition. Les chairs putréfiées mettent de mauvais poils les morts-vivants les plus abimés. Et comme si ça suffisait pas, une sorte de milice anti-zombie, pas très fraiche elle non plus, s’en prend aux tout jeunes décédés. Difficile dans ces conditions pour Alan et sa nouvelle copine de filer le parfait amour… Parce que oui, même les cadavres ambulants ont des sentiments !
En deux mots : Love Zomby
De Stefano Raffaele aux Humanos – 168 pages – 13,90 €

A propos de l'auteur

La Rédaction

Né en 2005 sous la forme d'un webzine PDF, Wart a évolué en site d'actu sur la BD, le comic et le manga à partir de 2007.

7 Responses

  1. Rohagus

    Savez-vous s’il s’agit d’une réédition sous un nouveau nom de la série « Fragile » du même auteur chez les Humanos ?

    Répondre
  2. JK

    Exact Rohagus, nous aurions dû préciser ça. Fragile était une série en 3 tomes couleur dont le premier est sorti en 2003.
    Cette nouvelle édition souple en n&b entend bien profiter du succès Walking Dead !

    Répondre
  3. troubadour

    FRAGILE était sorti bien avant que WALKING DEAD ne commence…
    les humanos vont jusqu’à sortir une FLYING JAQUETTE,
    pour profiter, du micro succès de WALKING DEAD
    au lieu de juste vendre ça comme une HISTOIRE DE ZOMBIE… pitoyable.

    elle a bon dos, la crise.

    les humanos qu’on a connu sont bien mort.

    Répondre
  4. Stanilslache

    But Fabrice Giger IS the Walking Zombie et les Humanos un éditeur mort-vivant ! :lol:

    Répondre
  5. Allumette

    On ne peut pas leur reprocher de chercher à vendre quand la situation est difficile. Ceci étant dit, la stratégie marketing est une chose (c’est une réalité malheureusement), le contenu en est une autre, parce que là c’est une vraie bonne histoire.

    Répondre
  6. daronbarbu

    A noter qu’à la fin il y a une histoire courte de 8 pages qui n’était parue que dans un magazine Métal Hurlant.

    Quant à la démarche c’est sûr que c’est pas top mais après, qui peut leur reprocher d’essayer de se servir du succès d’une BD pour vendre leur propre produit. Ca arrive tout le temps, même si la démarche ne va souvent pas aussi loin.

    Répondre

Ajoutez votre grain de sel :