Des lectures en juin (1)

LES VAINCUS

Dans un noir et blanc très volumineux, Duchazeau raconte à travers les pérégrinations d’Apoo, la chute de l’empire inca. Du déroulement de la guerre à l’histoire personnelle de son héros Chasqui, l’auteur donne plusieurs dimensions à son récit découpé en chapitres. Forcement triste, le livre offre une évasion graphique de grande classe, entre paysages charbonneux et végétation luxuriante. Cerise sur le gâteau, les illustrations pleine page sont à tomber.
En deux mots : la chute de l’inca
De Frantz Duchazeau aux éditions Dargaud – 170 pages – 18 €

SKY DOLL SPACESHIP COLLECTION

Intitulé Spaceship Collection, ce collectif autour de l’univers de Sky Doll reprend le même principe que Les chroniques de Sillage, à savoir des histoires courtes signées par des dessinateurs invités dans l’univers de l’héroïne. Si les récits sont aussi alambiqués que sur la série mère, le casting, le soin graphique et la fabrication de l’ensemble justifient à eux seuls l’acquisition de ce livre.
En deux mots : Sky rock
Collectif aux éditions Soleil – 72 pages – 14 €

7 PSYCHOPATHES

Avec ses Sept psychopathes, Fabien Vehlmann ouvre le bal de la série concept initié par David Chauvel. Accompagné du dessinateur britannique Sean Philipps, le scénariste livre un exercice de style amusant mais inégal. A l’image de ses psychopathes, le script se révèle instable alternant bonnes idées et séquences vite expédiées. Le tout offre une série B sympathique mais coincée dans son format trop court.
En deux mots :
Je suis légion
De Vehlmann et Phillips aux éditions Delcourt – 62 pages – 14 €

FANTÔME

Avec ses airs de Ghost in the Shell à la sauce Coréenne, Fantôme est une belle surprise graphique publiée en France par Hanguk, le label manwha de Casterman. Réalisé par Suk Jung-hyun, ce récit futuriste et technologique se veut ouvertement critique envers la télévision. Nettement moins introspectif que l’œuvre de Shirow, Fantôme s’affirme comme une bonne petite BD d’action non dénuée de sens.
En deux mots : Ne zappez pas
De Sek Jung-Hyun aux éditions Casterman (Hanguk)–180 pages– 15 €

ÜBEL BLATT T0

Dans un univers médiéval fantastique, un royaume est sur le point de tomber avec le retour de quatre lanciers censés être morts depuis 20 ans pour avoir trahi leur patrie au moment d’une grande guerre. 7 autres lanciers, considérés comme les héros de l’histoire, se préparent à la revanche. Simultanément, un étrange guerrier, recherché par les traitres, fait son apparition. Graphisme soigné servi par un scénario qui fait de ce tome un prologue. Comme pour Claymore, Berserk reste indétrônable en matière de dark-fantasy.
En deux mots : Diet Coke
De Etorouji Shiono aux éditions Ki-Oon– 210 pages – 7,50 €

BOBOBO-BO BO-BOBO T1

Son titre à rallonge annonce la couleur, Bobobo est un livre complètement barré. Sans queue ni tête, le volume ne suit aucun scénario précis, juste une succession d’évènements sans aucun sens, tout droit sortis d’un cerveau déglingué. Le pitch de départ est simple, l’empire Chauvekipeut souhaite rendre chauve la planète entière. Bobo est là pour les en empêcher, à l’aide de ses poils de nez. C’est très con et ça fait quand même du bien quand ça s’arrête.
En deux mots : Long délire
De Yoshio Sawai aux éditions Sakka (Casterman) – 210 pages – 6 €

PLANETARY T3

Les explorateurs de l’étrange reviennent et ils ne sont pas contents. Ils ont décidé de se fâcher contre les 4, sorte de 4 Fantastiques dévoyés qui ne songent qu’au profit. On en apprend un peu plus sur certains membres de l’équipe également, au travers de revisites de mythes modernes comme Tarzan, le temps du rêve aborigène, ou Sherlock Holmes. Et c’est toujours aussi bon.
En deux mots : Ré-exploration moderne
De Cassaday et Ellis aux éditions Panini – 144 pages – 13 €

ASTRO CITY

Astro City, c’est la série qui vous parle des super-gens au quotidien. Dans ce volume, Steeljack, ex-super-vilain, sort de taule pour découvrir qu’il n’est pas facile de se ranger quand on est ex-taulard. Obligé d’enquêter sur les meurtres de ses anciens collègues, au risque de violer sa liberté conditionnelle. Un polar dans le milieu des pouvoirs, très humain et vraiment très bien raconté. Que du bon.
En deux mots : Réinsertion chromée
De Anderson et Busiek aux éditions Panini – 192 pages – 24 €

Précédents albums.

A propos de l'auteur

La Rédaction

Né en 2005 sous la forme d'un webzine PDF, Wart a évolué en site d'actu sur la BD, le comic et le manga à partir de 2007.

Ajoutez votre grain de sel :