Locke & Key fait un carton (au sens propre)

Après une année d’absence en librairie, le thriller fantastico-psychologique de Joe Hill (le fils de Stephen King) et Gabriel Rodriguez troque le format souple au profit du cartonné. Les Clés du royaume, quatrième tome de Locke & Key, paraît aux côtés des trois premiers épisodes réédités. Résultat, un écrin plus joli, et un prix de vente en hausse de cinq euros.

IMG_1915
IMG_1913 - copie

Faut dire qu’après des années de sorties intenses, Milady Graphics s’est heurté aux réalités économiques et a dû freiner des quatre fers sa producion, en plus d’abandonner certaines séries comme Grandville ou Le Dernier des templiers. La dégringolade n’est pas belle à voir. D’une quarantaine de titres parus en 2010, on passe à moitié moins en 2011, avant de terminer à trois sorties en 2012 ! Autant dire qu’il ne reste plus grand-chose du prometteur label comic des éditions Bragelonne, hormis Locke & Key, véritable pépite aux ventes hélas modestes, puisque d’après nos infos, le premier tome s’est vendu autour de 6 000 exemplaires.

COMIC Lock & Key 4 (85)L’éditeur a raison d’y croire, puisque Locke & Key bouillonne d’innovations et d’exercices de styles narratifs comme visuels. Ainsi, un chapitre entier du quatrième tome est un hommage au travail de Bill Watterson sur Calvin & Hobbes. Loin d’être gratuit, il sert à illustrer les pérégrinations de Bode, le cadet de la famille Locke. Tout le génie des auteurs est là. Autour d’une famille endeuillée par la mort du père, on découvre des personnages abimés, attachants, confrontés en plus de leur deuil aux bizarreries de l’ancestral manoir familial. S’y trouvent des clés aux pouvoirs plus dingues les uns que les autres. La clé de tête permet de farfouiller dans les souvenirs de quiconque, en plus d’en ôter. La clé animale permet de se changer en bestiole là où la clé de l’armoire à pharmacie se charge de réparer ce qui a été brisé. Attendez de voir la mère de famille, au bout du rouleau, placer l’urne funéraire de son défunt époux dans le petit meuble…

Évidemment, certaines sont plus puissantes que d’autres, et une, en particulier, est convoitée par une entité aussi maléfique qu’intelligente. Bref, en fonction des chapitres, on passe de l’intimiste à l’horreur, du thriller à l’épopée fantastique, dans des planches souvent farcies de bonnes idées de mise en scène, puisque les auteurs utilisent à fond les spécificités de la BD, l’espace intercase, la verticale des bords de cases pour offrir des compositions intelligentes. Un boulot d’orfèvre, sur la forme, comme sur le fond. Espérons qu’avec ce changement de format, plus séduisant pour les lecteurs franco-belges, Milady trouve la clé du succès. Ça serait tellement mérité.

Locke & Key #4, Joe Hill, Gabriel Rodriguez, Milady Graphics, 19,90 €


© Milady Graphics.

5.0

Cool

  • Tous les genres réunis
  • Forme et fond ne font qu'un
  • Chaque clé est une idée formidable

Pas cool

  • Le nouveau format plus coûteux…
John Kay

A propos de l'auteur

John Kay

Twitter

Je suis capitaine de Wartmag.com et journaliste au mensuel BD Casemate.

Ajoutez votre grain de sel :