5.0

Cool

  • L'ambiance extraordinaire
  • L'appli iPad
  • Échos avec le réel…

Pas cool

  • … pas toujours évidents à cerner
John Kay
Melvile a beau être une ville imaginaire, ses rues, commerces et habitants semblent plus vrais que nature, à commencer par Samuel Beauclair, écrivain en panne d’inspiration. Pas étonnant, Romain Renard, à l’origine de cet univers, l’a mûri pendant des années, avant d’en faire une BD, accompagnée d’une bande-son, d’un site web et d’une application iPad. Un projet ambitieux et surtout réussi.
Melvile nous habite longtemps après la lecture

L’ambiance persiste longtemps après la lecture

Aux allures de ville californienne ou canadienne, la vallonée Melvile subit une canicule, à laquelle s’ajoute une atmosphère angoissante, presque surnaturelle. Normal, quand on connaît le mythe local de l’homme-cerf et la genèse de cette ville à l’histoire tachée de sang. C’est dans ce cadre qu’a choisi de se mettre au vert Samuel Beauclair, écrivain en panne de création, sans le sou, parti sur les chemins de l’introspection dans la maison de son défunt père, lui-même écrivain de renom. Un héritage dont Samuel a le plus grand mal à se défaire.

Pis, à cette dépression créative s’en ajoute une autre, amoureuse, puisque Samuel est tiraillé entre son épouse, énigmatique et recluse, et Rachel, une habitante chez qui il va faire quelques travaux de peinture. Loin d’une simple histoire sur le mal-être d’un auteur, Melvile se mue en une sorte de thriller oppressant dans lequel on retrouve du Stephen King, du John Irving, mais aussi un peu de ce qui fait le charme de villes imaginaires comme Twin Peaks ou Bright Falls, dans le jeu vidéo Alan Wake.

Troublante, l’œuvre l’est davantage quand on lui devine des échos avec le réel. Non seulement Samuel Beauclair ressemble à son créateur, mais ce dernier est le fils de l’auteur Claude Renard. Difficile d’y voir une coïncidence, d’autant que le père de l’auteur dessine trois planches de l’album, mettant en scène le mythe fondateur de Melvile : celui d’un fils tuant le père, métaphoriquement comme littéralement ! Une facette de l’œuvre on ne peut plus intime.

L'appli iPad, gratuite, regorge de bonus passionnants

L’appli iPad, gratuite, est très complète

Par ailleurs, si l’expérience Melvile se savoure livre en mains, elle gagne à être complétée par l’écoute de la bande-son, spécialement composée par Romain Renard et son groupe, dispo sur iTunes et au sein d’une application iPad gratuite. Les possesseurs de la tablette Apple pourront s’amuser avec la réalité augmentée – de nouveaux éléments apparaissent alors sur les planches, croquis, vidéos d’ambiance ou de construction de la page –, découvrir les sources d’inspiration de l’auteur, ou se plonger au cœur de l’œuvre, avec des croquis, fonds d’écran et interview de Romain Renard. Ce n’est pas la première fois que du contenu additionnel accompagne la sortie d’un ouvrage, mais le soin apporté à ces bonus en dit long sur la rigueur avec laquelle Romain Renard a travaillé son œuvre, dont l’ambiance persiste longtemps après la lecture.

Loin d’avoir livré tous ses secrets, Melvile va être développé sur son site officiel, via des nouvelles écrites, dessinées, filmées, qui formeront Les Chroniques de Melvile. De quoi patienter avant la sortie de nouvelles histoires complètes en bande dessinée, dans lesquelles Romain Renard s’intéressera à d’autres personnages. Ainsi Saül Miller, astronome amateur paumé en forêt, devenu la proie d’une bande de chasseurs. Vivement l’ouverture de la chasse !

Melvile – L’Histoire de Samuel Beauclair, Romain Renard, Le Lombard, 19,99 €.  Application iPad gratuite.

12_MELVILE_
16FR_MELVILE
36FR_MELVILE

Images © Le Lombard, Renard.

A propos de l'auteur

John Kay

Twitter

Je suis capitaine de Wartmag.com et journaliste au mensuel BD Casemate.

Une réponse

Ajoutez votre grain de sel :