Sandawe, une maison d’édition online en 2010

2

Patrick Pinchart, ancien redac chef de Spirou et fondateur d’ActuaBD, s’apprête à lancer une maison d’édition online en janvier 2010. Sandawe – du nom du plus ancien peuple tanzanien – devrait ainsi se positionner en maison d’édition communautaire, appelant les internautes à suivre et même à financer les projets. De futurs “Grégoire” de la BD en perspective ?

A propos de l'auteur

La Rédaction

Né en 2005 sous la forme d'un webzine PDF, Wart a évolué en site d'actu sur la BD, le comic et le manga à partir de 2007.

2 Responses

  1. LA LA LA

    Allez hop, la parole à Goscinny :

    La conception spontanée d’Astérix, rapportée au succès qui s’en suivit, est une remise en cause complète des études de marché, qui, déjà à l’époque, affirmaient que le héros devait être jeune et beau pour que le lecteur s’identifie à lui et qu’il fallait traiter de problèmes actuels plutôt qu’anciens… Une conception qui faisait se gondoler Goscinny : «Demander à quelqu’un ce qu’il aimerait, c’est déjà fini, puisque nous sommes là pour surprendre le lecteur. S’il connaît les histoires avant nous, ça ne lui plaira pas.»

    « Bon amusement » aux auteurs Sandawe ! :)

    Répondre
  2. Patrick Pinchart

    Ne confondons pas:
    – une maison d’édition fondée sur des études de marché, où l’on pose des questions aux personnes interrogées pour connaître les grandes tendances actuelles, qui risque donc de ne favoriser que des bandes dessinées conformistes;
    – une maison d’édition fondée sur un engagement financier des lecteurs, où tous les genres ont leurs chances pourvu que les projets plaisent à un certain nombre d’amateurs (et non au plus grand nombre).

    Dans le premier cas, on tombe dans le piège décrit par Goscinny. Dans le second cas, on ouvre la porte à une plus grande diversité de genres et d’auteurs. Certes, le risque du conformisme n’est pas totalement écarté, mais je pense qu’on peut faire confiance aux lecteurs pour défendre ce qu’ils aiment et non ce qui est le plus populaire. L’un n’excluant pas l’autre.

    C’est un pari. L’avenir nous dira si nous avons raison ou non. Mais au moins, on le tente et des auteurs le tentent avec nous. Dans des genres très diversifiés et pas forcément les plus conformistes. Je te donne donc rendez-vous en janvier pour que tu puisses juger sur autre chose que des intentions.

    Bien cordialement,

    Patrick Pinchart

    Répondre

Ajoutez votre grain de sel :