2009, une année d’intégrales ?

L’afflux de compilations d’albums pour pas cher devrait être la grande tendance de 2009. En plus d’être accessibles pour toutes les bourses, ces intégrales font vivre les fonds des éditeurs en conditionnant les vieilles séries dans des formats « roman graphique » très à la mode.

Aux premières loges, le groupe Glénat tape dans deux marchés distincts avec une série d’intégrales anniversaires très luxueuses, réservées aux collectionneurs avertis – comptez 100 euros en moyenne, pour une intégrale 40 ans d’édition, sous fourreau – et d’autres pas cher, à 15 euros, regroupant 3 à 5 tomes de séries parues aux éditions Glénat, Drugstore ou Vents d’ouest, dans une nouvelle collection commune baptisée [Les Intégrales]. Une dizaine d’ouvrages sont prévus au premier trimestre comme Exit, Nuit blanche, Labyrinthes ou Les Écluses du ciel. Plus innovant, les éditions Soleil lancent en mars Soleil US – prononcez Soleil youésse –, une collection de rééditions qui reconditionne les séries à succès de l’éditeur. On retrouvera le premier tome de Lanfeust des Étoiles et des Naufragés d’Ythaq pour une quinzaine d’euros, dans un petit format d’une centaine de pages où les planches auront été recadrées. Bizarroïde ! Chez les autres éditeurs, parmi les affaires du début 2009, on remarque une intégrale de Monsieur Jean, chez Dupuis à 19 euros, ou encore La Trilogie Nikopol, à 24 euros chez Casterman, en mars.

Reste la question de la part de droits d’auteurs, forcément minime, sur une catégorie de bouquin qui semble être à la fête cette année et, plus vicieux, de l’émergence chez les lecteurs d’une possible accommodation à ce format « poche » qui pourrait, comme dans la littérature générale, faire concurrence aux nouveautés !

  1. Oui, les intégrales ne datent pas d’aujourd’hui. Mais le fait qu’on en trouve de plus en plus et pour pas cher est tout à fait nouveau. Bien sûr, Glénat s’y est déjà essayé sans succès il y a plusieurs années avec des intégrales « Gil St André » ou « Prince de la nuit » en n&b, mais cette fois, les intégrales sont pas cher ET en couleur. Ça, c’est récent ! 2009 devrait être marquée par cette généralisation des intégrales petit format.

    Ici, on ne croit pas trop à l’avenir des intégrales luxueuses justement. Et votre allusion sur le manga tombe à pic parce que c’est justement avec ce type d’offre d’albums bon marché et en couleur, que le franco-belge peut s’inviter chez les lecteurs de mangas qui rigolent doucement en voyant le prix des grands formats franco-belge.

  2. Oh les amis ! Les intégrales sont à la mode depuis au moins le début des années 2000.
    Autant j’accroches aux intégrales luxueuses avec couvertures embellies, ajouts d’ex-libris ou autres dessins exclusifs, autant les petits formats je dis non et non et non, même pas dans le train.
    Une bande-dessinée, ce n’est pas un livre de poche sur lequel on s’éreinte les yeux au bout de la cinquième page et puis quoi encore, du noir et blanc et un sens de lecture inversé, on aura tout vu.
    Ils sont fous ces éditeurs, ils sont fous.

Les commentaires sont fermés.