Angoulême 2008 : un programme réjouissant

La dernière édition du festival international de la bande dessinée était sans âme ni saveur, avec les bulles éditeurs délocalisées à Montauzier, alors que les expositions se sentaient bien seules, dispatchées un peu partout dans la ville.

En janvier prochain, retour aux fondamentaux avec un festival de retour en centre-ville et qui accorde pour la première fois une vraie place à la bande dessinée japonaise avec l’espace Franquin transformé en « manga building ». Grosse nouveauté de l’édition, le bâtiment hébergera plusieurs expos, dont celle sur les mangas français, chapeautée par Ankama, ou une exposition Clamp avec la présence de nombreuses planches originales. La vie du building sera ponctuée par des vidéo-conférences en direct du Japon avec le studio Clamp et Jirô Tanigushi et des projections de longs métrages comme le film Death Note.

Les autres grandes expositions seront variées, consacrant aussi bien José Muñoz, Sergio Toppi, Ben Katchor, Luciano Bottaro que Julien Neel avec sa jeune héroïne Lou. Des événements thématiques sont attendus avec l’installation retraçant les 35 années de Grands Prix ou encore l’exposition Villes du futur puisant son essence dans des bandes dessinées de SF et d’anticipation aussi bien européennes, japonaises qu’américaines.

Gros succès des années précédentes, les spectacles seront nombreux avec le retour des concerts de dessins et des 24h de la bande dessinée, rejoins par les illustrations en live de Joann Sfar et Rabaté sur les compos respectives de Thomas Fersen et Yolande Moreau.

Célébré du 24 au 27 janvier 2008, le festival d’Angoulême appâte par son préprogramme réjouissant. Pour peu que la neige et le froid polaire synonyme de gastro ne soient pas de la partie, on serait quasi certains de s’éclater lors de cette 36e édition présidée par l’argentin José Muñoz.