Assis debout, une chronique sociale à découvrir

Sur une soixantaine de pages, Assis debout fait le pari de l’ambiance, abordant autant de thèmes que de styles graphiques. Si le monde du travail sert de terreau au récit de Vincent de Raeve, les variations graphiques de Stephan Plottès insistent sur les changements de ton – de la gravité au plaisir –, d’humeur – de la dénonciation à l’amour – du personnage principal, au cours de son cheminement personnel. Un traitement graphique qui rappelle l’adaptation en BD d’À quatre mains par Améziane.

Malgré le fond difficile, sur la reconstruction de l’individu, les auteurs ne versent pas dans la leçon de morale, mais plutôt dans la chronique sociale finement menée. C’est superbement raconté, ça ne rend pas dépressif, et ça mérite au moins le coup d’œil.
15,50 € chez Des Ronds dans l’O.


Les images sont © Des Ronds dans l’O, Plottès, Raeve.