BD numérique : difficiles négociations entre SNAC et Média-Participations

Non, non, non, non, oui mais non, c’est en substance ce qu’a répondu Claude de Saint-Vincent, patron de Dargaud-Dupuis-Le Lombard, lors de sa rencontre avec le syndicat des auteurs BD (SNAC), au sujet de l’édition numérique, qui s’est tenue le 31 mars dernier. Mieux encore, la clause sur les droits dérivés du contrat Dargaud devrait passer en fin d’année de 17,5 % de droits d’auteurs à 8 %, soit inversement proportionnel au cours de la vaseline.

  1. non, c’est pas aussi simple que ça justement. JOJO.

    les éditeurs ne sont pas les méchants de L’EMPIRE
    et les AUTEURS ne sont pas les REBELLES. nan, nan…

    les deux parties veulent la même chose mais de façon différente.
    IZNEO et MEDIA veulent (si j’ai bien pigé):
    >> transposer les tarifs du PAPIER sur INTERNET. avec leurs belles marges de bénéfices qui permettent AUSSI aux auteurs de VIVRE.
    >> MAIS si MEDIA est parti prenante dans IZNEO, la marge de DISTRIBUTEUR de 40% (qu’ils donnent à la FNAC ou AMAZON) ICI, ils se la gardent et la passe en RECHERCHE et DEVELOPPEMENT… ce qui est un brin abusé vu les sommes en jeux.

    les auteurs veulent VENDRE sur INTERNET mais ils prennent cela comme du PRODUIT dérivé (COMME DU CD ROM ou livre de poche) puisqu’il n’y a pas de travail de création.
    la mise en forme (probable) en fichier PDF ou la refonte de page IPHONE ne justifie pas une retenue SI GRANDE sur les droits…
    ces graphistes(donc IZNEO-MEDIA & CIE) auraient une part plus grande que les créateurs qui eux ont 8% (je crois ???)

    donc il vaut quand même mieux que TOUT LE MONDE trouve vite un accord,
    sinon ça risque de se jouer au bras de fer…

    et je me souviens d’une grève des SCÉNARISTES à HOLLYWOOD qui a couté des millions, paralyser et tuer un paquet de projets.

    mais là, c’est mon coté MADAME IRMA avec une longue vue qui scrute l’autre coté de l’atlantique… pour VOUS. 😉

  2. en gros cet éditeur veut se refaire une santé sur le dos des auteurs ! Il faut bien compenser les baisses de ventes… Passez la vaseline !!! Ça commence à faire super mal !

  3. Je suis plus très très sûre, mais il me semblait que cette baisse s’appliquait aux auteurs qui, par leur notoriété, avaient renégociés leurs droits dérivés à la hausse.
    Et qu’au passage au numérique, ils perdaient leurs avantages acquis : ils passaient donc de 17,5% à 8%.

    Mais j’ai pê mal compris 😛

  4. y a le boss de media qui baise les droits de 17,5% à 8%…
    (mmmm… t’as fait une faute, là TROUBA… BAISSER les DROITS… AH NAN, c’était bien cela : « baiser » du verbe « mettre profond »).

    c’est compliqué la négo. des fois t’en as moins en sortant que quand t’as commencé à ouvrir ta gueule. c’est la position du « TECKEL ».

    tu abois fort mais :
    t’as de petites pattes, tu peux pas courir LOIN.
    c’est ton boss qui te nourrir et si tu le mors devant les voisins,
    il te passe aux croquettes light…

Les commentaires sont fermés.