BD USA – BLACK SUMMER, de Ellis & Ryp

John Horus en a plein le cul des coups tordus de l’administration Bush. Ni une, ni deux, ce superhéros au corps modifié, limite invincible, s’en va assassiner le président des USA et une partie de son équipe en collant du sang jusqu’au plafond du bureau ovale. Une one shot violent et excessif, qui montre une bande de superhéros loin d’être les toutous des politiques. L’armée va se coller à leurs trousses, y aura du sang, des morts, dans des scènes gores pas jolies jolies. Du grand spectacle jouissif et inattendu, sur une couche d’idées politiques un poil trop à l’arrière-plan.
En deux mots : Larme fatale
De Warren Ellis et Juan Jose Ryp, chez Milady Graphics – 192 pages – 14,90 €

  1. effectivement, ce Black Summer sent l’hémoglobine et les larmes.

    Je partage l’avis qu’il n’est pas tout à fait correct de comparer ce one shot avec Watchmen car on est dans un album expeditif… un peu trop court à mon goût, des planches supplémentaires pour approfondir les différentes histoires auraient été un plus.

    Un très bon album quand même, j’ai passé un bon moment.

  2. c’est l’un des albums que ELLIS produit pour AVATAR PRESS qui sont… Mmm
    comment dire… du gros défouloire. donc à ne pas mettre à coté de WATCHMEN par exemple. et je l’ai pas lu alors, voilà. mais j’ai lu les autres…

    j’avoue que je préfère OCEAN ou MINISTRY of SPACE.
    GARTH ENNIS produit aussi des trucs ULTRAVIOLENT pour AVATAR…
    SI, SI , plus violent que PUNISHER MAX et THE BOYS c’est possible. 😉

    MILADY a l’air d’être une nouvelle petite boite qui va faire dans la poésie et l’introspection, on dirait…

  3. Ce n’est pas faux, tout dépend de comment on prend ce livre. Si on s’attend à du Warren Ellis profond, avec un background politique ciselé, c’est décevant.
    Si on prend le one shot, comme un cri du cœur traduit en violence et en charpie d’êtres humains par un superhéros tordu puissance 10, c’est jouissif.
    Mais je partage votre avis sur l’aspect survolé. Si Ellis avait proposé la même chose, avec moins de scènes d’action au profit de plus de discussions sur le fond, l’album aurait été incontournable.

  4. Mwé, vraiment une déception pour moi ce Black Summer. Tout n’est que survolé : les personnages, leur relations, la politique. Un ensemble très superficiel pour un final convenu.
    Reste de jolies planches, un peu surchargées dans les scènes de combat, mais ça ne suffit pas vraiment a sauver l’album à mes yeux.

Les commentaires sont fermés.