Chimère(s) 1887 #2 : l’enfer du décor

Finir à 13 ans dans une maison close, c’est fort. Prendre indirectement part à un complot sur fond de construction du canal de Panama, c’est carrément dingo. Chimère n’a pourtant rien d’une Cosette. Et apparaît drôlement forte dans ce Paris de 1887 où se construit la tour Eiffel. À cette époque, bordels de luxe côtoient bouges sordides, et le gratin parisien se réunit dans ces lieux de débauche, sans forcément s’adonner aux plaisirs de la chair. Une aventure romanesque autour d’une jeune fille déterminée, doublée d’une mine d’info sur la fin du XIXe siècle.
Chimère(s) 1887 #2,
Dentelles écarlates,
de Vincent, Arleston & Melanÿn,
6 juin Glénat | 48 p. | 13,90 €