Crise aux humanos : retour de l’ancien patron

Ancien propriétaire de la maison d’édition Les humanoïdes associés qu’il avait racheté au groupe Hachette en 1988 à l’age de 24 ans, Fabrice Giger revient dans la société fondée par Dionnet, Moebius, Druillet et Farkas, en qualité d’actionnaire minoritaire. Son rôle est de représenter les actionnaires et de redresser la maison d’édition en crise, détenue à l’heure actuelle par le producteur français Pierre Spengler, qui avait motivé son achat par l’exploitation des licences BD au cinéma.

Dans son nouveau rôle, l’homme d’affaire suisse communique via un blog flambant neuf où il confirme la cession de certaines séries à d’autres éditeurs et l’arrêt de titres présents au catalogue dans le cadre d’un réajustement de la ligne éditoriale. Dans ses nouvelles fonctions, Giger annonce également la création d’un comité de réflexion constitué d’auteurs qui compte déjà le dessinateur de Bouncer, François Boucq et le scénariste d’Actor’s Studio, Julien Blondel, par ailleurs membre du Snac, le syndicat des auteurs de bande dessinée.

  1. Trop fort le Giger ! Mieux que Freddy il revient du haut de son mètre quatre-vingt quinze emballé dans son beau costard avec ses griffes et son charisme à deux balles pour faire réver Margot.
    Depuis 20 ans Giger n’arrête pas d’acheter et de revendre les Humanos et un tas de boites tout en communicant avec brio pour garder le pouvoir dans un systeme labyrinthique dont lui seul connait le plan. Un gars qui connait et use de pouvoir du rêve dans la réalité.
    Il a quand même réussi à arnaquer les frères Ridley et Tony Scott à Hollywood, chapeau l’Artiste !
    Mais quelle buse éditoriale, niveau la Tribune de Genève en BD …
    Je rève d’un monstreux mélange mutant Dionnet/Giger !

Les commentaires sont fermés.