Des lectures en avril (1)

SPIROU : LE JOURNAL D’UN INGENU

Se lancer dans l’album genèse d’une série comme Spirou était un vrai défi. Émile Bravo le révèle avec brio dans ce tome hors série qui se déroule à l’aube de la Seconde Guerre mondiale. Un aspect nostalgique était à craindre, il n’en est rien ; ce journal d’un ingénu s’impose plutôt comme un document d’archive présentant un Spirou pauvre débutant au Moustic Hôtel. Si la trame de fond s’inscrit dans un contexte historique sombre, les nombreuses touches d’humour équilibrent bien le récit. Un délice.
En deux mots : Spirou potron-minet
D’Émile Bravo, aux éditions Dupuis – 72 pages – 13 €

ALEPH ALIF

Véritable fiction inscrite dans la réalité historique, Aleph Alif pose un regard pudique sur le conflit israélo-palestinien tel qu’il était à la fin des années 60. Aux côtés de Dora, une galerie de personnages cosmopolites de tous âges et origines fait son apparition. À l’aide de son dessin tout en rondeurs, Minaverry apporte une grâce supplémentaire à son portrait de jeune israélienne des années soixante, devant composer avec son goût pour la vie à l’européenne ne cadrant pas toujours avec les réalités d’un pays sous tension.
En deux mots :
portrait distancié
De Ignacio Rodriguez Minaverry, aux éditions EP – 100 pages – 17,90 €

7 MISSIONNAIRES

Scénariste émérite de Garulfo et de De capes et de crocs, Alain Ayroles est un auteur rare. Autant dire que son incartade dans la collection 7 initiée par David Chauvel était attendue au tournant. Sous le dessin efficace de Luigi Critone, Ayroles donne vie à une équipe de missionnaires minée par les péchés, obligée par le jeu politique de tenter d’évangéliser une tribu de rugueux Vikings. Avec tact et talent, le récit se coule dans le cahier des charges imposé par le concept et offre une narration soignée. Jouissif, l’album risque bien de réveiller tous les péchés capitaux chez les autres scénaristes.
En deux mots : la bonne position
De Ayroles & Critone aux éditions Delcourt – 56 pages – 13,90 €

TERRE DE FEU

Dans un noir et blanc tantôt charbonneux pour l’essentiel de l’album, tantôt fin quand il est question de récits sortis de la bouche des personnages, Hugues Micol en met plein les mirettes. Encore plus quand il est question de mettre en images les vastes décors, des étendues de hautes herbes aux icebergs gigantesques qui gravitent le long des côtes sud-américaines. Un cadre glacial qui surprend pour cette aventure de western signée David B, truffée de cow-boys à la mine patibulaire engagés pour chasser les indiens.
En deux mots : western inattendu
De Micol et David B, aux éditions Futuropolis – 68 pages – 16 €

USHIJIMA T4

Amateur de fleurs bleues, de petites maisons dans la prairie et d’heureuse famille liée par un amour indéfectible : passez votre chemin ! Sous titré L’usurier de l’ombre, Ushijima est un manga viscéralement sombre et violent. Créée par Shôhei Manabe, cette œuvre nous entraîne dans les pas d’un yamakin, prêteur d’argent au taux mirobolant évoluant dans les bas fonds de la capitale nippone. Au fil des chapitres, l’auteur fait se croiser tous les déshérités inimaginables, capables de toutes les bassesses pour une poignée de Yens. Âpre et sans concession, ce récit jusqu’au-boutiste offre une lecture radicale.
En deux mots : noir désir
De Shôhei Manabe aux éditions Kana – 190 pages – 7,35 €

DU GRAAL PLEIN LA BOUCHE

Le démon Vauvert veut en finir avec Diable, le vrai patron des enfers. Pour se débarrasser de ce concurrent gênant, il embauche la quasi-totalité du panthéon imaginaire, des cyclopes aux dryades, et charge tout ce petit monde de mettre la main sur Chrétien de Troyes – fils de Diable -, pour pouvoir bénéficier d’un moyen de pression confortable ! Complètement déjanté, ce livre poétique est servit par un dessin aux tons pastels proches du conte. Lumineux, pétillant, cet album revisite les mythes et légende dans un cocktail tout en un, sans être indigeste. À découvrir !
En deux mots : l’imaginaire en 80 pages
Des frères Anfré, chez la Boîte à bulles – 80 pages – 14,50 €

EUREKA SEVEN T1

Adaptation de l’animation signée du studio Bones, déjà responsable du film Cowboy Bebop et ou du dessin animée Full Metal Alchemist, le manga Eureka Seven arrive en France. Ici, le récit met en avant avec réussite les combats de méchas, ces robots à formes humanoïdes. Dans un univers futuriste, un jeune garçon gaffeur du nom de Renton va se retrouvé entraîner, en pleine guerre, dans un groupe de rebelles. Usant des codes du shonen, les auteurs livrent un titre rafraîchissant où les protagonistes enchaînent les figures de style funs sur leurs planches de skate dans les airs.En deux mots : bol d’air
De Kataoka et Kondou, aux éditions Kana – 174 pages – 6,50 €

CARAVANE T1

Du titre à l’ambiance, le nouveau récit d’Olivier Milhiet renvoie à la série américaine La Caravane de l’étrange, diffusée sur HBO. Passé ces accointances élégantes, cet album se détache de son aîné par une galerie des monstres fantastiques étonnants et forts en gueule. Avec les qualités et les défauts de son dessin, l’auteur signe une œuvre où l’efficacité de la narration et l’univers dépeint sont les maillons forts. Avec pour personnage principal la croquignolette Mila, ce premier tome séduit de bout en bout et donne envie de prendre place au sein de ce convoi hors norme.
En deux mots : étrange caravane
D’ Olivier Milhiet aux éditions Delcourt – 48 pages – 12,90 €

Précédents albums.