Des parodies Tintin condamnées pour parasitisme

Si la justice n’a pas qualifié de contrefaçon Le Crado pince fort et autres romans parodiques de Tintin, signés Gordon Zola aux éditions du Léopard masqué, elle a néanmoins admis que la série de livres relevait du parasitisme, en condamnant la société éditrice à payer 40 000 euros à Moulinsart. Face au verdict, le Saint-Siège hergéen regrette que les livres ne soient pas interdits et compte assigner l’éditeur renégat à chaque nouveau tirage.