Foon, ou comment apprendre l’anglais pour le brevet des collèges !

Réalisé par Les Quiches, Foon est une espèce d’enfulte-movie à la moiteur nostalgique trop sucrée. Qui n’a jamais rêvé d’une époque où l’on pouvait s’habiller avec des futals supra moule-bonbons, se coller du gel impossible à ravoir après deux lavages, s’inspirer des atouts de la cigarette et passer plus de temps à l’école à danser dans les couloirs pour se sentir frais, con et fringant ?

Foon est la story d’une high-école à Philadelfoon en plein middle des années 60 où les students sont soit very beaux, soit very moches. Chaque year, la directrice organise ze bal of ze fin d’année pour couronner le king et la queen de la night. Mais this année, it is décidé d’open le concours à every girls et garçons, même les pas foons. Begin alors une battle entre le Good et le Bad…

Parmi les Foons, nous avons Zack « little frappe », un type aux multiples défauts : une coupe banane débandante à faire retourner Fonzie dans sa tombe et un visage passé chez le chirurgien esthétique pour imiter Vincent Cassel. L’autre bellâtre du groupe est Very very Beau, un clone de Presley en version péquenaud. Du côté des filles, le vulgos est de mise avec Barbitch « toi ma star » qui saute sur tout ce qui bouge et Magic Nichon, une Marina Foïs avec des gros roberts.

Les pas Foons sont aussi au nombre de quatre avec un seul garçon, Ted « like a puceau ». Prototype du virgin geek (pléonasme ?), son souhait est de se trouver de la bonne chair à forniquer, à condition d’en connaître le mode d’emploi. Sa quête est rapidement assouvie avec Magic Nichon, visiblement en manque d’exotisme. Les trois bourgeoises sont le fer de râteau de l’équipe : Marie la catherinette de Lourdes, Culcul la Praline, belle plante complètement à la masse et accessoirement esclave de Very very Beau, et Fille de, la fille de la directrice (Miss Smoking Kills) qui devient une little SS pour organiser ze bal of ze fin d’année.

La description de chaque protagoniste suffit à remplir le film d’inepties somnolentes et de farces incroyablement prévisibles. Si l’on raccourcit les séquences peu funny, on en arrive à un sketch de 15 minutes. Et comme l’imbécillité ne rend pas aveugle, Les Quiches ont réalisé une fin abrupte et sans intérêt où everybody meurt grâce à des stars en plastiques, des cymbales, un chien et un revolver. Eh oui, les Foons et les Pas Foons possédaient tellement de rancune les uns envers les autres dans le film qu’ils ont cru bien faire en jouant à fond leurs rôles…

Film tout en franglais parodiant minablement Happy Days et Grease, Foon est réalisé et interprété par Les Quiches, groupe de comic-troupiers venant d’un congélateur pour produits pas fin(dus), ni indus aussi. En conclusion, Les Quiches présentent dans ce film une pâte peu croustillante et une garniture qui a mal décongelé. A repasser au four sous thermosthat 9 pendant quelques mois…

D’s©

  1. je m’en fout de la critique ici presente,je ne l’ai pas lu et ne la lirai surement pas,et puis j’ai compris qu’elle etait negative comme a peu prés partout sur la toile,mais oui quoi, foon est un film vraiment marrant et je me suis surpris a me bidonner plusieurs fois alors que les comedies humoristiques surtout françaises et parodiques ça n’est vraiment ni le genre que je connais ni que j’aime..je me suis reveillé avec ce film hier matin a l’hotel,je ne savait pas ce que c’etait et j’ai donc cherché le titre a l’instant ,j’ai passé un tres bon moment en le regardant,mais vrmt,vrmt vrmt, et je comprend tres bien qu’on ne puisse pas l’aimer vu qu’il reprend a son compte tous les codes du kich et du mauvais gout pousseés a l’extreme (et sans vouloir necessairement les détourner/critiquer mais juste pr faire rire et ce malgres le risque de l’entreprise,sans lourdeur avec une vrai fraicheur,mais avec un foutu sens du derisoire et de l’absurde.bref,tout ce qui fait monter les adorateurs du bon gout culturellement correct au creneau,croyant y voir tt ce qu’ils abhorent) …vrmt ce film m’a fait rire du début a la fin.vrmt,c’etait pas gagné et pourtant y’a pas bcp de film comique français qui ont ce niveau (celui qui dit bienvenue chez les ch’tis aura droit a sa mandale) et a part ça etrange mais pas nulle reconverton d’une des quiches ds la série seconde chance sur tf1,j’aime vrmt l’actrice,eh ouais c comme ça apres tout (I fait tout what que je veux,bandes de baby bitches) et puis niveaux chouette role hilarant,tjr ds foon,hein, il y a celle qui joue miss smokingkills qui elle m’a vrmt sidéré par son jeu,sa voix,tt bon,perfect,tres tres drole (« un concours de piscine! ») bref apparament tous ceux qui ont vu ce film l’ont trouvé o moins assez bon et drole alors m….,rattrappez vs ,quoi!

  2. c’est vrai que c’est sympa de tirer sur les ambulances…
    déjà que les pauvres quiches ont du faire 3 entrées payantes,
    et on a vu des comédies fr bien plus nulles que cela et avec plus de critiques qui se roulent par terre tellement c’est bon.

    on passe un bon moment quand on aime les comédies ricaines débiles.
    sinon faut passer sur TFI… pour trouver mieux.

    je soupçonne ici le rubriqueur de vouloir faire son malin,
    pour mémoire le meilleur taillage de FILM reste celui de ZARDOZ en 1974 donc…
    cela disait ça  » le film s’appelle ZARDOZ, et l’acteur CONNERY, ça aurait dù être l’inverse. »

    la critique agréssive c’est un talent.
    et « D’s© » a encore du boulot.

  3. Cette critique est minable et vraiment trop subjective…
    Ce film est passé bien trop inaperçu et est contrairement a tout ce qui a été dit , une succession de gag et de vannes à l’humour ravageur.
    Personnelement , et je ne connais personne qui a vu le film qui n’est pas de mon avis , on rigole FRANCHEMENT toutes les deux minutes , et bien que la fin soit vraiment limite, le reste du film est carrément drole.

    Bref c’est presque un « classique » pour tout cinéphile fan de comédie francaise décalée.

Les commentaires sont fermés.