Happy Sex : première image de la BD X de Zep

Preuve que Zep sait lâcher son Titeuf de temps à autres, il se permet régulièrement des recréations comme on l’a vu avec Découpé en tranches. Le 14 octobre, il sort chez Delcourt Happy Sex, un livre pour adultes dans lequel il expose tout un tas de saynètes rigolotes classées X, dont on vous présente une des premières images.

Dans le dossier de presse, Maïtena Biraben, présentatrice de la Matinale sur Canal +, questionne l’auteur sur son nouveau projet. Zep lui explique pourquoi l’ouvrage n’est pas pour les mouflets : « Ce n’est pas un bon moyen pour eux de découvrir la sexualité ; il y a un décalage voulu dans le dessin qui va le rendre drôle pour les adultes, mais cet humour, les enfants ne le percevraient pas. » Au sujet de son parti pris éditorial, l’auteur raconte : « j’avais envie de raconter l’histoire de gens “normaux”, ni bizarres ni déviants. […] Je ne trouve mon travail satisfaisant que s’il fait écho à ma propre vie. Il faut que je puisse m’y retrouver. Voilà pourquoi l’homosexualité n’a pas trouvé ça place dans Happy Sex. »

Réalisées sur une ou deux planches, les histoires courtes conservent la patte “Titeuf”, ce qui fait bizarre au premier cyber coup d’œil ! Il nous tarde en tout cas d’en savoir plus sur ce cocktail déjanté dans lequel se côtoieront « Fantaisie, poésie, fétichisme, auto fellation ou sadocolissimo ». Finalement, pas sûr que ces histoires soient si “normales” !


L’image est © Zep, Guy Delcourt Productions.

  1. Oui c’est maladroit, parce que le livre n’est pas 100% autobiographique, il n’a pas vécu personnellement toutes les scènes qu’il y décrit. Je trouvais ça justement amusant de mettre en parallèle l’explication de son parti pris avec le titre de certaines des histoires réalisées dans le livre.
    Tout de même, voici la réponse in extenso que je colle ici :
     » J’avais envie de raconter l’histoire de gens « normaux», ni bizarres ni déviants. Ce qui m’a intéressé, c’est le sexe du quotidien. La limite à ne pas franchir s’est imposée toute seule : je ne trouve mon travail satisfaisant que s’il fait écho à ma propre vie. Il faut que je puisse m’y retrouver. Voilà pourquoi l’homosexualité n’a pas trouvé sa place dans Happy Sex. Bien sûr, il serait plus « politiquement correct » de représenter tous les genres de sexualité, mais ce serait le faire pour de mauvaises raisons. »

  2. « […] Je ne trouve mon travail satisfaisant que s’il fait écho à ma propre vie. » Dit-il !!!

    Donc il avoue qu’il hétéro, et qu’il se fait des auto-féllations ! Le scoop !!!! Fétichiste en plus !! Heu Donc être hétéro fétichiste, auto-pompeur, sadomachin c’est normal pour Zep, mais des scènes homo non ?

    je crois qu’il communique mal et qu’il aurait pu juste dire que n’ayant jamais couché avec un homme il ne maîtrise pas assez le sujet et qu’il n’a de toute façon pas envie de dessiner cela. Là j’aurai compris, mais là son explication bidonné et bidonnante reste maladroite.

Les commentaires sont fermés.