Je suis un cyborg, une fable décalée au cinéma

Auteur du décapant Old Boy, Park Chan-wook revient avec Je suis un cyborg, un film azimuté dont un pitch efficace et une première bande-annonce inspirée suffit à taper dans l’oeil de tous les cinéphiles en quête de récit décalé. Internée dans un hôpital psychiatrique, une jeune fille est persuadée d’être un cyborg. Préférant sucer des piles au lieu de se nourrir, la naïade va vite rencontrer un garçon fou d’elle, persuadé de pouvoir la faire revenir à la réalité.

Réalisateur sud-coréen malin en diable, Park signe avec ce nouveau long métrage, une aventure où une simple histoire d’amour se transforme en fable onirique et mécanique. Sur les premières images diffusées, l’esprit qui s’en dégage n’est pas sans rappeler certaines oeuvres d’Alexandro Jodorowsky ou Philip K. Dick.

Déjà récompensé du prix Alfred Bauer au Festival de Berlin 2007, ce long métrage, attendu le 12 décembre, promet d’être une des curiosités cinématographiques de cette fin d’année.



Les images sont © 2006 CJ Entertainment Inc & Moho Film.

  1. vu à deauville en mars dernier au festival asiatique (en presence du maitre himself), ce film est une fable hallucinante, un conte de fée moderne au pays des robots et des fous imaginé par l’ami Park Chan Wook…j’ai eu du mal à rentrer dedans, mais une fois installé et qu’on se laisse porter c’est que du bonheur 🙂

Les commentaires sont fermés.