Jean-Christophe Menu quitte L’Association

« Il en aura fallu beaucoup, pour me dégoûter de 20 ans d’une Utopie que j’aurai créée. » C’est par ces termes que Jean-Christophe Menu, cofondateur de L’Association avec Lewis Trondheim, Mokeït, Mattt Konture, Stanislas, Killoffer et David B., a annoncé son départ de la maison d’édition qui traverse une grave crise depuis début 2011, avec la mise en grève de ses salariés.

Malgré l’élection d’un bureau provisoire aux allures de concorde, avec le retour des fondateurs en avril 2011 après une assemblée générale – à l’exception de Stanislas qui ne veut plus « entendre parler de L’Association », les dissensions semblent avoir été trop fortes. Peut-être que l’ouvrage L’Association, initialement pensé par Lewis Trondheim pour la collection Shampooing des éditions Delcourt, puis annoncé à L’Association, aura pesé dans la décision de JC Menu.

Si Menu compte finir de peaufiner le site web de l’asso – non, ce n’est pas une blague – et accompagner les derniers livres dont il aura eu la charge, il considère la maison d’édition en bout de course : « Pour moi, L’Association a achevé son Histoire. Une Magnifique Histoire, utopique, imprévisible et chaotique à souhait. Je crois d’ailleurs qu’elle a fini son Histoire dans le Valais Suisse, à Sierre en juin 2010, dans les liesses de l’exposition et du livre de ses 20 ans. Ensuite (même s’il y eut des Livres et non des moindres), tout n’a plus été que délire. » Après les déboires financiers des Requins Marteaux, le « joli mois de mai » aurait été sacrément merdique pour les indés.


Photo © David Rault, 2009, tous droits réservés.

  1. On parle beaucoup de l’Association, des remous tout ça, le site Actua BD
    aime beaucoup réagir à tout et n’importe quoi sur le sujet. Dès qu’il
    s’agit de taper sur J-C Menu, l’un de ses gestionnaire, Didier Pasamonik,
    le fait, de manière parfois totalement haineuse, et surtout hallucinante
    dans les forums, tout en se revendiquant journaliste…

    Mais…

    Quand j’envoie les propos de Stanislas, fondateur de l’Association, (dont,
    soi-dit en passant, le site de soutien aux salariés prétend par ailleurs
    avoir voulu l’associer aux changements récents) en commentaire sur le site
    d’Actua BD ça ne passe pas!

    Bravo pour l’objectivité!

    Voici ce que dit Stanislas :

    DBD. Avant de nous quitter, difficile de ne pas évoquer la situation de
    L’Association, une structure éditoriale dont vous êtes l’un des membres
    fondateurs. On ne vous a pas vu lors de la houleuse, mais finalement très
    polie assemblée générale, tenue en avril dernier, ce alors que vous étiez
    sur la liste des membres fondateurs…

    Stanislas. Dans cette triste affaire, j’ai toujours soutenu Menu face aux
    salariés grévistes et au tapage médiatique quelque peu mensonger et
    malhonnête qu’ils ont produit. Le sachant, ils m’ont sèchement fait
    comprendre que je n’avais plus ma place au sein de L’Association.

    DBD. Que leur reprochez-vous ?

    Stanislas. Ils critiquent publiquement le caractère parfois despotique de
    Menu, mais je peux vous dire que leur comportement n’est guère plus
    démocratique. Aujourd’hui, les salariés demandent à Menu de faire des
    livres plus commerciaux afin de pouvoir sauver leurs salaires. C’est grave
    d’en arriver là, et ça va à l’encontre de la philosophie fondatrice de
    L’Association.

    DBD. Qui est ?

    Stanislas. De continuer à publier une bande dessinée d’avant-garde et non
    de faire vivre quelques salariés, même si bien sûr je respecte leur
    volonté de défendre leurs postes. Je constate, un peu triste,
    qu’aujourd’hui ce sont les salariés qui semblent avoir pris le pouvoir à
    L’Association… sans aucune légitimité. Après la grande démission
    collective des membres cofondateurs, il y a cinq ans, j’ai continué à
    publier quelques albums à L’Association, et puis j’ai fini par prendre mes
    distances.

    http://www.dbdmag.fr/

Les commentaires sont fermés.