La Brigade chimérique ou la fin des superhéros européens

Question idiote : pourquoi les Américains ont tout un tas de superhéros chez eux et qu’il n’y en a plus un seul – excepté Superdupont – sur les toits de Paris ? Serge Lehman, Fabrice Colin et Gess répondent à cette épineuse question dans La Brigade chimérique, sorte de comic français petit format cartonné, dont les 2 premiers tomes sur 6 viennent de paraître dans la collection Flambant 9 de L’Atalante.

Pour ce faire, les auteurs ont pioché dans du réel : Le Nyctalope, l’accélérateur, l’homme élastique, Palmyre… des héros qui ont tous disparu des livres fantastique et SF français après la Seconde Guerre mondiale. Car c’est à ça que les auteurs ont décidé de s’atteler : oui, il existait un tas de superhéros français, et les lecteurs ont préféré les oublier après le fiasco 39-45. Dans leur histoire, les scénaristes opposent aux super gentils de bons gros vilains, dirigés par le docteur Mabuse qui aime autant le pouvoir que la croix gammée. Face à lui, des héros arrogants – surtout le Nyctalope qui pense plus à sa biographique qu’à protéger Paris – et une Irène Curie (la fille de Marie) qui tente de percer les mystères de la légendaire Brigade Chimérique – des héros, des vrais. Point fort, l’ambiance rétro à mort, avec son institut du radium en guise de super laboratoire ou la base secrète du Nyctalope, enfouie sous Montmartre. Au passage, impossible de ne pas passer sur le site web qui décortique les références cachées dans les épisodes BD, en plus de revenir longuement sur les arcanes du projet.

Si les deux premiers tomes sont très excitants et plutôt innovants, le feuilleton semble s’essouffler un poil au tome 3, attendu ce mois-ci en librairie. Sans doute parce que le récit s’arrête un instant sur l’histoire de la fameuse brigade et relègue au second plan pas mal d’intrigues passionnantes. On peut aussi reprocher aux auteurs d’avoir tapé un peu dans le concept de La Ligue des gentlemen extraordinaires à la mode Mike Mignola, mais cet a priori fiche le camp à la lecture des épisodes bien ficelés de ce comic à la française indéniablement réussi !



Les images sont © L’Atalante, Gess, Lehman, Colin.