La deuxième université d’été de la BD

Toujours dans le cadre simple du château de la Pouyade, près d’Angoulême, va se tenir la deuxième université d’été de la bande dessinée, organisée par le CNBDI. Du 9 au 12 juillet, journalistes, auteurs, éditeurs vont animer des débats et se poser des questions autour du thème « Quoi de neuf dans la bande dessinée : situation de la création contemporaine ».

Ponctuée par des apéritifs et des soirées, cette université sera fréquentée par un tas de gens venus de tous horizons dont Philippe Dupuy, Benoit Mouchart, Sebastien Gnaedig, Lewis Trondheim, le collectif Café Creed, Lisa Mandel, Michel Édouard Leclerc ou bien les Requins Marteaux, pour ne citer qu’eux.

Bien entendu, cette escapade de luxe a un prix : 600€ pour les 4 jours, logement et dîners compris ou 400€ si vous décidez de camper sous un pont tout en profitant des buffets du château. Pour les étudiants et les auteurs, comptez 200€ de moins pour chacune des formules. Curieusement, on ne trouve pas la moindre trace de « La BD est-elle trop chère ? » au sein du programme.

> Téléchargez le programme complet.
> Téléchargez la fiche d’inscription.

Les images sont © Château de la Pouyade.

  1. Bonjour,
    Evidemment nous n’avons pas attendu l’élection de Sarkozy pour organiser cette université d’été, puisqu’il s’agit de la deuxième édition.

    Je vous remercie de publier cette information, malgré quelques sous-entendus qui appelleraient des commentaires. je peux en faire un concernant le coût de participation : celui-ci couvre en partie ( en partie seulement, hélas) le coût d’organisation de ces 4 journées, dont la rétribution des intervenants, car nous avons le souci de rétribuer honnêtement les professionnels participants.
    J’ajoute qu’ayant participé à d’autres séminaires dans d’autres domaines, ces tarifs de participation sont ceux habituellement pratiqués, sans que personne ne trouve à y redire. Mais dès lors qu’il s’agit de la bande dessinée on s’offusque. Je constate que le combat pour sortir la bande dessinée du statut de sous-culture du pauvre est loin d’être gagné.

    Jean-Philippe Martin
    CNBDI

Les commentaires sont fermés.