Lauffray fracture la rétine avec Axis Mundi

Lauffray_2En attendant la parution du quatrième et dernier épisode de Long John Silver, le 26 avril chez Dargaud, les férus de dessins qui en mettent plein la vue devraient se pencher sur Axis Mundi, le deuxième artbook de Mathieu Lauffray, qui n’a rien à envier au Proto, paru en 2004 chez Soleil.

Sur 240 pages, l’auteur livre une quantité astronomique de peintures numériques, dessins noir et blanc, fusains, huiles sur toile, regroupés en thèmes. Que ce soit ses travaux pour le cinéma, ses illustrations inclassables ou ses œuvres BD, avec Les Chroniques de Légion, Prophet ou Long John Silver, ce beau livre déborde aussi d’infos sur les projets avortés de l’auteur, comme sur sa façon d’appréhender son métier.

C’est d’ailleurs l’un des points forts de ces ouvrages publiés chez CFSL Ink, très éditorialisés, riches en textes explicatifs, en plus d’une quinzaine de pages d’interview. On peut même y croiser le témoignage de Xavier Dorison, nous expliquer que malgré des invraisemblances graphiques – un trois-mâts au fond d’une caverne, vraiment ? –, Lauffray parvient toujours à rendre son travail crédible. À lire, comme à contempler.

Axis Mundi, Mathieu Lauffray, CFSL Ink, 35,90 €.
[new_royalslider id= »14″]
© CFSL Ink, Lauffray.