Le Petit Prince de Sfar en images !

Dessine-moi un mouton ! C’est sûr, l’adaptation en bande dessinée du Petit Prince de Saint-Exupéry par Joann Sfar, va être la coqueluche littéraire de l’été. Prépublié dès fin juin dans Télérama – la Une lui sera consacrée à l’occasion -, l’ouvrage va être poussé à fond par les éditions Gallimard qui comptent sur un plan de communication massif.

Le Petit Prince en BD sort ainsi le 18 septembre 2008, au sein de la collection Fétiche, dans un livre de 112 pages vendu 19 €. Spécialisée dans les adaptations de classiques littéraires, la collection Fétiche a notamment accueilli Harry est fou de Pascal Rabaté ou Les Contes du Chat perché d’Agnès Maupré. En juillet, un Zazie dans le métro est aussi prévu, signé par Clément Oubrerie le dessinateur d’Aya de Yopougon et producteur sur le film d’animation du Chat du Rabbin.


Le Petit Prince © Gallimard Jeunesse – Sfar, d’après Saint-Exupéry.

  1. C’est étonnant comme chaque fois le talent(quelque chose qui ne ressemble qu’à soi), l’intelligence du coeur et la culture apparaîssent dans une radicale évidence, ils sont trainés dans la boue.
    Sfar n’est pas à son premier coup d’essai littéraire(Voltaire, Platon,et un Rabelais jamais paru). Sa licence de philo, son expérience du talmud et sa verve poétique tout droit sortie de l’enfance sont, ce me semble, d’assez bonnes cautions pour réussir haut la main son Petit Prince. Le découpage est magistral, la mise en scène poignante et l’émotion intacte, voire sublimée par les superbes couleurs de Brigitte Findakly. C’est qu’il ne faudrait pas confondre dessin léché et dessin signifiant comme une écriture. Sfar écrit la beauté comme il la sent, comme il vit et respire avec les tremblements qui l’accompagnent nécessairement. L’écriture plastique de Sfar a offert au Petit Prince non seulement une seconde jeunesse, mais l’a recréé, rendu plus fort: il peut quitter maintenant de nouveau notre planète, il ne mourra plus, pour un bon bout de temps.

  2. Le Petit Prince de Sfar entre directement en troisième position des ventes de Bande Dessinée pour la semaine du 15 au 21 septembre, derrière Titeuf vol. 12 et Les Bidochons vol. 19. À quand Le Petit Prince vol. 250 ? (source : Livres Hebdo)

  3. Le choix du petit prince est discutable ainsi que certaines des dernieres productions de Sfar, apres ca reste un tres bon dessinateur (il suffit de voir des croquis ultrarealistes sur les dissections) meme si ayant adopte volontairement un style tres narratif et surtout un tres bon raconteur d’histoire, c’est indeniable !

  4. C’est bien de poster James, mais si tu pouvais soulager tes messages des kilos d’insultes qui les composent, ça serait encore mieux. On a « nettoyé » ton commentaire du coup.

  5. Personne ne voit que Sfar est nul???? Ce prétentieux ne sait pas dessiner, ni raconter, ses scénars sont nuls, après avoir plagié à tour de bras Quentin Blake, le voilà qui vient chier sur Saint-Exupéry, aucun respect ce prétentieux.

  6. >> @Anthony : oh , te revoilà? :)toujours aussi tempéré,didoncques…
    Et si on te disait qu’en plus Sfar voue un culte à CFSL , ça t’excite?? 🙂
    Faudra que tu songes à éditer une compil de tes supers-commentaires ,histoire de redorer l’édition en France,Garçon,hein…
    Avec des comme-toi, on va aller loin… :]

  7. St Exaspérant c’est de la merde, mais comme Sfar c’est de la merde aussi, c’est cohérent, ça va nous faire une grosse bouse!

  8. Quelqu’un pour adapter Dumas? (Mireille hein, carton assuré, surtout si préfacé par Jean Luc Delarue)

  9. Oui, mon enfant me réclame souvent du Marguerite Dumas , à l’heure du dodo … 🙂 (à moins que ce ne soit ‘Mireille’ ?? 🙁 )

  10. Il serait bon de rappeler que « *le petit prince » est littérairement un très mauvais livre. C’est un peu le Marc Levy de l’époque.

  11. Ami apprenti dessinateur bédé. Si tu n’as pas encore compris, malgré les assauts répétés en librairie, il faut que tu fasses de l’ ADAPTATION ; si possible d’un truc bien connu et reconnu. Comme ça, même si c’est mauvais, ça fera jaser dans les journaux/télés/kiosques/étables.

    Sinon, il te reste le cul. Ou l’autobiographique, très en vogue en ce moment, culture blog oblige. Ou les deux. Voire les trois, il doit bien exister un roman ou une nouvelle nombriliste qui cause touche pipi avec une voisine ou une tante.

    Et là, c’est jackpot. C’est cadeau. Et peut-être même l’entrée chez Shampoing, la boite à bulles.

    Ne me remercie pas ; remercie tes futurs lecteurs qui en redemandent !

Les commentaires sont fermés.