Léa Graslin, un Blacksad franco-chinois

Début 2008, les éditions Xiao Pan publient leur première collaboration franco-chinoise avec le premier tome de Léa Graslin, une série scénarisée par Julien Moca et mise en image par le studio JI’An, en charge de la série consacrée au chat Niumao.

Non sans rappeler Blacksad visuellement, Léa Graslin part avec un pitch semblable à celui de la série imaginée par Juanjo Guarnido et Juan Diaz Canales. Sous les traits d’une fouine, proche d’un faciès de chat, Léa enquête sur une série de meurtres adultérins en sa qualité de détective privée. Si au premier coup d’œil tout cela laisse une grosse sensation de déjà vu, il faudra attendre le 17 janvier pour savoir si cet épisode de 48 pages vendu 12 € est à la bande dessinée ce que les faux sac Vuitton sont à la maroquinerie !


Les images sont © Xiao Pan – Moca – JI’An.

  1. effictivement moi aussi ça me fait penser à Renard… Et puis il ne faut pas penser qu’avant Blacksad il n’y avant rien : Macherot est aussi un grand auteur de BD animalière…et Sokal aussi. Il y a aussi les dessins animés : S. Holmes, les trois mousquetaires.. Je trouve un peu simpliste de n’y voir qu’une copie du héros de Canalès et Guarnido

Les commentaires sont fermés.