Mad Movies et Wetta : mariage à gore et à cris

Se7en, Destination Finale… Des comics issus de films à succès inaugurent la collection Mad Movies Comics des éditions Wetta. Fondé en 2005, cette petite maison se démarque des mastodontes du marché par ses choix et vient rivaliser avec Fusion, le label Soleil/Panini spécialisé dans les titres tirés des mondes ciné et télé. Adossé à Mad Movies, le magazine de référence sur le cinéma de genre, Frédéric Wetta raconte son défi éditorial.

D’ou est venue l’idée de s’associer au magazine ?
Frédéric Wetta :Je suis un fan de cinéma fantastique et d’horreur depuis mon plus jeune âge, Mad Movies est une vraie bible pour moi. Ce magazine est la base de ma culture ciné, je le lis depuis bientôt 22 ans. Publiant les titres qui me plaisent, on retrouve naturellement beaucoup de personnages liés au ciné dans mon catalogue comme Aliens, The Mask ou la préquelle de Se7en. Depuis mes débuts, la communication sur mes livres passe d’avantage par la presse spécialisée ciné fantastique que par les magazines de BD franco belge ou de comics. Tout cela était donc cohérent avec la mise en place d’une collection Mad Movies.

“ Je communique plus avec les mags ciné que ceux sur la BD ”

Comment les responsables du magazine ont réagit à votre proposition ?
J’avais déjà monté un petit plan de communication avec Mad Movies, à l’époque d’El Zombo Fantasma. Ils étaient partenaires sur ce livre et avaient assuré des pages de pub dans leur magazine et dans Comic Box, le mensuel d’actu comics, qu’ils publiaient à l’époque. Depuis, j’ai gravis quelques échelons et ils m’avaient à l’œil. Lorsque je suis revenu vers eux avec cette idée, le deal s’est fait en 5 minutes. C’est Luke Kenoufi, de Dagon Editions qui co-édite les Tortues Ninjas (TMNT) avec moi, qui a déclenché la machine.

Quels sont vos espoirs dans cette association ? Toucher plus facilement les lecteurs de Mad?
Les lecteurs de Mad sont très différents dans leur façon de penser de ceux de Première ou de Télé Star, je le sais, j’en suis moi-même un ! On a l’habitude de se faire sa propre opinion, on est des passionnés et on est prêts à mordre pour défendre nos points de vue. Ce n’est pas parce que Mad Movies « sponsorise » un dvd ou un livre qu’on va l’acheter les yeux fermés. De mon point de vue, cette collection va permettre de mieux informer les habitués de Mad sur les sorties comics de Wetta, sans garantie de succès ou d’achat compulsif. Les personnes que nous allons toucher plus facilement, ce sont les lecteurs occasionnels ou ceux pour qui le nom est évocateur ceux-là se laisseront guider vers des titres qu’ils ne connaissent peut-être pas.
Pour les choix des albums, collaborez-vous avec les membres du magazine ?
Ils savent à l’avance quels titres vont intégrer la collection. Pour l’instant, ils n’ont rejeté aucune de mes propositions. Destination Finale et Se7en ont été accueillis à bras ouverts et critiqués positivement dans leur rubrique « sang d’encre ». Cela est fait objectivement, comme pour n’importe quel autre livre. De toute façon, si on essayait de forcer la pilule, on se ferait immédiatement repérer et jeter – à raison – par le noyau dur des lecteurs !

“ La collection ne se limite pas aux films, elle s’ouvre à tout l’esprit Mad ”

Quels sont les prochains comics à paraître ?
Zombie Highway 2
, le film reste hypothétique pour l’instant, mais le thème et le traitement de ce comics sont dans l’esprit de la collection. Le premier tome ayant laissé une bonne impression au public, on a voulu intégrer le second dans Mad Movies Comics. L’idée est de ne pas limiter la collection aux adaptations de films mais de l’ouvrir sur des titres ayant « l’esprit Mad ». En juin, Alien versus Predator : Eternal va pouvoir réconcilier une frange du public déçue par les deux premiers films. Et puis, il y aura – enfin – les suites d’Hack/Slash, une BD que j’ai repérée il y a des années et que Rogue Pictures est en train d’adapter en long métrage.
Votre programme annonce la sortie de la Forteresse Noire, s’agit il d’une adaptation du film de Michael Mann ?
Il s’agit de l’adaptation du roman de Francis Paul Wilson, qui avait servi de base au film de Michael Mann. L’écrivain avait détesté le film. La BD a été développée en collaboration avec Wilson, qui a déclaré qu’elle était « le parfait story-board de ce que le film aurait dû être ». Les cinéphiles vont pouvoir étudier ce point de vue en lisant la BD. Une œuvre intéressante à plus d’un titre, donc !

Blog Wetta
Site Wetta
Site Mad Movies


Les images sont, sauf la cover Destination Finale, issues de la série Se7en. DR.