Mai 68 en BD : ça va péter !

Des pavés dans la BD, c’est une des grosses tendances de 2008 aux côtés de l’utilisation de l’imagerie asiatique, de l’écologie et des inévitables adaptations de romans. Pour ses 40 ans, la commémoration de la révolution étudiante de 68 promet de déferler en édition et à tous les niveaux avec près d’une une centaine d’ouvrages annoncés. Livres, essais, témoignages, presse et bien sur bandes dessinées sont ainsi au programme avec une longue liste de projets chez de nombreux éditeurs.

Chez Casterman, Jacques Tardi sort un album de chansons en BD à l’occasion de l’évènement. 1968… 2008 n’effacez pas nos traces, sera accompagné d’un CD de chansons interprété par Dominique Grange, la compagne de l’auteur. Inédits côtoieront ballades cultes de mai 68, toutes illustrées par Tardi pour 18 €.

Actes Sud BD lance la collection Conversations à l’occasion de cet anniversaire. On y découvrira dans le premier ouvrage à paraître, des interviews de Cohn-Bendit et Krivine par Cabu, au sujet de mai 68.

De son côté, Dargaud prépare un numéro spécial du magazine Pilote dédié à l’anniversaire, alors que les Enfants rouge sortent La faute à 68 par Elfo et que le label Jungle des éditions Casterman prépare Mai 68 : 40 ans, un livre de 80 pages à moins de 10 €.

Le label Vent des savanes de Glénat annonce La vérité sur mai 68 par Monsieur B, alors que Wolinski, Cabu, Reiser, Cavanna ou encore Siné reviennent sur l’évènement dans un simple Mai 68, attendu chez Robert Laffont.

Berg international promet que le Mai 68 histoire d’un printemps de Franc et Bureau sera le seul ouvrage où des auteurs de BD expliqueront de façon précise et ludique le fait historique.

Un fait historique exploré collectivement aux éditions Soleil avec un ouvrage sur le même principe que les Paroles de poilus. D’autres livres autour de l’évènement risquent bien de s’ajouter à cette liste déjà copieuse. On ne manquera pas de revenir sur cette commémoration très… commémorée.


Les images sont dans l’ordre © MC Productions avec un visuel de Stéphanie Hans pour le collectif Mai 68, Berg international, encore MC Productions avec toujours un visuel de Stéphanie Hans et une nouvelle fois Berg international.

  1. Bonjour,
    Impossible de retrouver le nom de l’illustratrice Stéphanie H., orthographiée de deux façons différente ici. Je cherche l’auteur-e de l’image avec la jeune femme de dos, c’est bien elle ? cette image est reprise partout pour la grève du 9 mars et impossible de retrouver la source, ce qui est bien triste.

    1. Bonjour, vous avez raison, il y a des coquilles dans la légende. Il s’agit de “Stéphanie Hans”.

  2. 40 ans après, que nous reste-t-il de mai 68 ?

    Nicolas Sarkozy, dans un discours prononcé le 29 avril à Bercy, veut tourner la page de mai 68. Quelques extraits :

    «La morale, après mai 68, on ne pouvait plus en parler […]. Pour la première fois depuis des décennies, la morale a été au coeur d’une campagne présidentielle.»
    « Mai 68 nous avait imposé le relativisme intellectuel et moral. Les héritiers de mai 68 avaient imposé l’idée que tout se valait, qu’il n’y avait aucune différence entre le bien et le mal, entre le vrai et le faux, entre le beau et le laid […]. Ils avaient cherché à faire croire que l’élève valait le maître […], proclamé que tout était permis, que l’autorité c’était fini, qu’il n’y avait plus rien de grand, plus rien de sacré, plus rien d’admirable, plus de règle, plus de norme, plus d’interdit. »
    Plus loin, à propos des dérives du capitalisme financier, il ose :
    « Voyez comment l’héritage de mai 68 a introduit le cynisme dans la société et dans la politique. Voyez comment le culte de l’argent roi, du profit à court terme, de la spéculation, comment les dérives du capitalisme financier ont été portées par les valeurs de mai 68 ».

    A l’opposé Gérard Filoche, qui fut un acteur de mai 68 (quand Sarkozy, lui, n’avait que 13 ans), lui rétorque par un livre dont le titre annonce la couleur :

    « Mai 68, Histoire sans fin. Liquider mai 68 ? Même pas en rêve ! »

    «Que de haine contre le plus grand mouvement de grève de l’Histoire de France !
    Il y eut deux mai 68. L’un : superficiel, mondain, marginal; l’autre: social, révolutionnaire, solidaire… Sarkozy a fait « l’ouverture » avec le mai 68 mondain (Kouchner) dans son gouvernement de contre-révolution conservatrice. Son but ? Battre les héritiers du vrai mai 68, celui des employés et ouvriers qui continuent à lutter pour une autre répartition des richesses, pour le droit au travail, les salaires et les retraites. »

    Et vous ? Que défendrez-vous de cette époque pas si lointaine qui n’est toujours pas enseignée dans les cours d’Histoire de France ?

    Nous vous proposons de participer à la constitution d’une exposition d’art postal, qui présentera vos positions, vos réflexions, vos témoignages, votre vision de cet évènement qui ne fut pas seulement Français et pas essentiellement étudiant. Vos textes seront lus, enregistrés et passés en boucle sur l’expo.
    Parce que Mai 68 fut aussi un tourbillon créatif, envoyez-nous votre enveloppe décorée, colorée, lumineuse, éclatante de vie, qui illustre où complète votre propos. A vos pinceaux, collages, photos, gravures, crayons … Pas de format interdit ni imposé (objets postaux acceptés). Pas de jury, pas de sélection. Toutes les enveloppes seront exposées. Pas d’hésitations, TOUT PASSE A LA POSTE.
    Un petit mot sur l’art postal :
    Il sort momentanément l’art des galeries et des musées. Dans ces expositions se côtoient des oeuvres d’artistes connus mais qui restent ici anonymes et des oeuvres de débutants, parfois de sérieuses surprises.
    Il est basé sur l’échange et le don, il coûte la même chose à tous : de la créativité, un peu (ou beaucoup) de temps, 2 connections de neurones, et le tarif du timbre en vigueur.
    Il respecte certaines des conditions d’une réelle communication : liberté d’expression, plaisir de donner et de recevoir ; prendre le temps de concevoir, et celui de répondre, parler « de sa place » en s’exprimant à partir d’une préoccupation ou d’un thème abordés collectivement …Il permet à certains de reprendre le chemin de l’écriture et restaure le plaisir d’ouvrir sa boîte à lettres. Et pour finir, la plupart de ces enveloppes ne passent pas dans les machines à oblitérer (pas conformes !). Plus il y en aura, plus il faudra de monde au tri !!! Pas de petites résistances ni d’utopies inutiles.

    Date limite d’envoi de vos travaux : 15 avril 2008.
    Adresse d’envoi : Mouvement Politique d’Education Populaire – La Vigarié – 81340 Saint-Cirgue.

    Pour une analyse un peu originale du sujet vous pouvez consulter le lien suivant : http://www.gfen.asso.fr/documentligne/mai68.htm#15txt
    et/ou lire l’ouvrage de l’historienne états-unienne Kristin Ross « Mai 68 et ses vies ultérieures ». Complexe -Monde diplomatique, 2005.
    Pour une découverte rapide de ce qu’est l’art postal vous pouvez également consulter ce lien : http://www.avenirdattac.net/spip.php?article228

  3. Le plus intéressant dans cette liste est le numéro spécial du journal PILOTE consacré à Mai 68. Dargaud a déja sorti en 2003 et 2004 deux numéros spéciaux de Pilote, qui n’étaient pas mal mais ils leur manquaient une dimension politique iconoclaste incarnée par les fameuses pages d’actualité du Pilote de l’aprés 68. J’attends donc avec impatience cet hors-série.

Les commentaires sont fermés.