Manga : Boudjellal n’a pas voulu “tailler de pipes aux Japonais”

602098_439939412741790_731072657_n-230x300
L’entretien est paru dans dBD 71

Alors que Mauvaise réputation, l’autobiographie de Mourad Boudjellal, le fondateur des éditions Soleil, est attendue en librairie début mai, le mensuel dBD s’est entretenu avec l’éditeur, aujourd’hui président du Rugby Club Toulonnais.

Si pas mal d’anecdotes sur ses vingt-deux années dans l’édition sont assez glauques – de drames familiaux à des prêts d’argent aux auteurs –, Mourad Boudjellal donne un point de vue sans concession sur le virage manga que n’ont pas sur prendre les éditions Soleil. Un ratage ? Non, le refus d’un chantage :

Les mangas ne sont pas ma culture ! Et je n’ai pas voulu faire comme d’autres éditeurs, à savoir tailler des pipes aux Japonais. À l’époque, j’avais dit deux choses. Soit le manga ne marche pas en France et on se moquera de ceux qui en ont publié, soit cela marchera et les éditeurs japonais finiront par se passer des éditeurs français. Je ne me suis pas beaucoup trompé sur ce dernier point, car aujourd’hui je sais que nos confrères nippons ne leur parlent pas bien du tout. Après, comment peut-on accepter de garder leur sens de lecture et quelque part imposer à nos enfants une approche qui n’est pas la nôtre ? À eux d’accepter nos différences. Ensuite, comment peut-on accepter de publier les quarante tomes d’une série qui ne marche pas dès les premiers tomes sous prétexte qu’il ne faut pas froisser l’auteur ? Mon cul ! C’est surtout l’éditeur qui veut toucher de l’argent et qui se fout de son auteur. Pour preuve, quand on leur a proposé de partager les frais, ils ont refusé. Pour ma part, j’ai toujours refusé de baser mes relations commerciales sur du chantage. Les éditeurs français ont tous baissé leur pantalon et leur ont balisé le terrain.

Un discours sans langue de bois, pourtant entaché d’un drôle d’argument supplémentaire, simpliste autant que cliché :  “Pour en revenir au manga, je trouve leur représentation de la sexualité est assez malsaine. Leur représentation de la femme vaudrait en France une peine de vingt ans incompressibles. Je n’avais pas envie de prôner cette idéologie.”

  1. Eh bien, le gars à vraiment tout compris!
    Je traduis
    – « Et je n’ai pas voulu faire comme d’autres éditeurs, à savoir tailler des pipes aux Japonais. »
    = Non, moi je voulais que les japonais me filent leurs merdes gratos pour que je les refourgues à ces crétins idolatrant les japoniaiseries pour me faire des couilles en or

    – » Après, comment peut-on accepter de garder leur sens de lecture et quelque part imposer à nos enfants une approche qui n’est pas la nôtre ?  »
    = Comment peut-on accepter de ne pas dénaturer l’oeuvre d’un auteur parce que nous chez Soleil on sait que le bon goût c’est le notre et uniquement le notre? Et imposer à nos enfants la manière absolu Soleil.
    Non franchement, les ricains font un effort eux, y’à qu’à voir le prochain Fast And Furious, Dom à une Clio tuning, et le blondinet conduit une magnifique Citroën AX coupé sport!

    – « À eux d’accepter nos différences. »
    = Ouai quoi merde, je déplace mon gros cul pour acheter vos merde, vous pourrez au moins faire l’effort d’appeler vos héros Jean-Pierre ou Patrick! Allez un ptit Mourad Uzumaki ça aurait quand même plus la classe!
    (me fais quand même bien rire d’un gars qui à des origines étrangère)

    – « Ensuite, comment peut-on accepter de publier les quarante tomes d’une série qui ne marche pas dès les premiers tomes sous prétexte qu’il ne faut pas froisser l’auteur ? »
    = C’est vrai ça! Comment accepter qu’un lecteur qui commence une série puisse espérer qu’en tant qu’éditeur scrupuleux j’accepte de publier l’intégralité de la série qu’ils ont commencé? Rien à foutre, à TF1 si une série marche pas on la dégage, si les mecs on pas la fin, z’ont qu’à télécharger, comme tout le monde! Pareil pour le manga! Ah du coup maintenant ils téléchargent avant qu’on édite, ah… fini les couilles en or du coup…

    – « Les éditeurs français ont tous baissé leur pantalon et leur ont balisé le terrain. »
    Eh oui, pauvre Kana qui se mort les doigts d’avoir baissé son pantalon pour recevoir Naruto dans le cul (marche aussi en remplaçant par Glénat et One pIece)

    Bref, j’ai bien l’impression que ce mec n’à pas bien compris son métier, il réfléchis visiblement avec son portefeuille et n’en à rien à foutre de ses lecteurs, pas étonnant pour le coup que Soleil n’ait pas vraiment réussi sur le marché du manga…

  2. Pas mieux que certains voisins du dessus. Personnellement je ne comprends pas le fait de devoir s’adapter au pays, c’est pour ça que les américains sont incapables de voir un film avec des sous-titres (je généralise bien sur).

    Le sens du lecture est justement un argument de vente (encore faut-il être un bon vendeur) on exporte un bien culturel, quand tu achètes un mangas tu n’achètes pas seulement une histoire tu vends aussi la culture du ‘cool japan’, je pense que les gens sont bien content au contraire d’avoir cette spécificité.

    Après c’est sur que si tu veux vendre à madame michu, qui achète ses livres dans les magasins carrefour, lire à l’envers elle comprendra pas, mais bon si on doit toujours niveler par le bas on est pas sortie de la berge comme dirait l’autre. Dans ce cas la supprimons les films en VOST

    Pour quelqu’un qui baigne dans le rugby je trouve que les propos au sujet des femmes sont assez mal placé ^^, c’est pas un milieu réputé pour sont combat féministe… et comme le disait midgard_cola je pense qu’en france depuis quelques temps on est très mal placé pour juger les coutumes des autres.

    Encore une fois c’est une vision du français sur le monde, sauf que le monde ne pense pas comme nous, tout le monde n’a pas les mêmes habitudes, la même façon de penser, quelque choses qui peut paraître pervers chez nous peut être normal chez d’autres.

    Certains pays sont offusqués de voir des filles seins nus sur nos plages alors que pour nous c’est tout à fait normal on voit aucun mal la dedans. Donc si on l’écoute on est un pays de pervers malsain et exhib, on va ressortir l’argument des enfants, mais dans ce cas là montrer des centaines paries de seins sur la page aux enfants c’est pas pervers ?

    bref encore un exemple comme quoi l’intelligence et l’ouverture d’esprit n’est pas forcément utile pour réussir dans les affaires.

    Après je pense qu’il a raison sur un point les japonais sont un peu trop coincés au niveau des affaires et laissent trop peu de liberté aux éditeurs, qui essayent de faire au mieux leur boulot. Mais je crois qu’il a utilisé les mauvais arguments du coup j’irai même à faire comme lui une généralisation idiote : des arguments de gros beauf de rugbyma avec un qi d’huitre. La généralisation à deux balles c’est tout de suite plus simple et efficace il a raison.

  3. Ce monsieur (que je connais mal) peut avoir ses opinions et sa façon de faire du business, mais il va trop loin.

    Les japonais doivent « accepter notre sens de lecture »? Euh non, le miroir déforme les dessins, et une oeuvre doit être aussi proche de l’original que possible (personnellement je préfère mes films et séries en VOST, quelque soit la langue).

    Leur « représentation de la femme est malsaine »… jugement relativement fort, d’autant qu’en ce moment plus que jamais niveau moral (mariage pour tous, bagarre à l’assemblée…) je pense qu’on a peu de leçons à donner.

    Bref, un cynique acerbe qui ferait mieux de nuancer ses propos. Si encore c’était second degré…

  4. Et puis désolé mais pour le sens de lecture moi j’était bien contente de retrouvez les mangas avec le sens de lecture original, et ça ne m’a jamais traumatisé étant gosse, au contraire, ça fait partie de l’oeuvre pour moi
    et en ce qui concerne les « gamines » dans les mangas c’est une autre culture
    pour y avoir vecu, je peut dire que les filles de 20 ans on parfois l’air d’être encore des ados, et donc les ados encore des gamines, je ne dit pas que leurs trucs sont pas malsains et abusés parfois, mais la culture et le rapport au sexe et bien différent d’ici

  5. La partie quotée n’est pas du tout dénuée de sens quand tu fais tourner une entreprise avec des salaires à payer. Son langage cru n’est pas à son avantage, mais le fond n’a rien du tout de répréhensible AMHA (et je n’aime pas spécialement Soleil, je précise).
    Après, je ne me fie qu’aux 20 lignes quotées.

  6. on comprend pourquoi Mourad a quitté la BD et le manga si la seule façon de faire des affaires pour lui était de tailler des pipes. on espère que ses nouvelles fonctions ne lui procurent pas trop de crampes à la mâchoire, en la « matière », le perpignanais est généralement mieux doté que le tokyoite.

  7. Quel connard ce type, genre les filles de Soleil… arrêtes de te foutre de la gueule du monde. Puis genre Soleil manga pour essayer de faire du manga « à la française » mais loin de la qualité des publications japonaises. SERIEUX

    1. sauf que dans les filles de soleil, elles sont très explicitement et visiblement majeure 🙂
      si il parle de peine incompressible, il parle évidement pas de sexualisation mais d’un truc plus « interdit »
      donc t’inquiète, c’est évidement pas la nudité ou le sexe qui le gene, mais plus la domination j’imagine par ex, le viol ou l’ambiguïté qui arrive parfois quand à l’age de la fille 🙂
      bref
      après, tu sais que tu peux ne pas être d’accord avec lui sans forcement que du coup ça soit un connard? 🙂

  8. Mouahahah, j’aime beaucoup son passage sur la représentation de la femme des japonais, c’est vrai que chez Soleil, c’est des vrais féministes >)

    1. je pense qu’il parle du fait que parfois t’as l’impression de voir des filles de 13 ans à poils ou en train de se faire violer 🙂
      il généralise, mais on peut pas dire qu’il ai complétement tord 🙂

Les commentaires sont fermés.