Mœbius et Jean David Morvan au Japon • partie I

5

Depuis lundi, Kyoto accueille Le Monde Mœbusien, une exposition consacrée à notre Mœbius national, au Musée International du manga. Jean David Morvan, toujours quelque part entre Paris, Reims et le Japon, lui tient compagnie pour l’occasion. Une présence logique pour ce grand amateur de la culture nipponne, l’auteur ayant contribué fin 2008 à l’organisation d’une exposition pour promouvoir la bande dessinée franco-belge en ces murs, avant d’intervenir sur celle du créateur d’Arzach. Le scénariste de Sillage a d’ailleurs accepté qu’on pique quelques photos de son séjour pour vous faire suivre les pérégrinations de Jean Giraud au pays du soleil levant.

Au-delà de l’exposition d’originaux et d’une performance graphique avec le collectif japonais Archive, Mœbius a également pu échanger sur la bande dessinée lors d’une conférence avec Range Murata, connu en France pour ses superbes illustrations parues chez Glénat dans le collectif Robot. Les deux auteurs s’étaient rencontrés une première fois lors du dernier festival d’Angoulême, où le mangaka avait révélé que les illustrations de Mœbius lui avait donné envie de se lancer dans le manga couleur ! Bel hommage.

Si Le Monde Mœbusien prend fin pile dans un mois, les conférences s’achèvent ce jeudi avec une rencontre entre Mœb’, le réalisateur de Metropolis Rintaro et la légende du manga Katsuhiro Otomo – on y reviendra. “Le 8 mai, Mœbius fêtera son anniversaire à Tokyo, nous annonce JD Morvan, et le 9, il sera en conférence avec Naoki Urasawa, le créateur de Monster et 20th century boys« . Nul doute que les photos souvenirs marqueront ces instants !



Ci-dessus, résultat de la performance Mœbius/Archive.


Ci-dessus, de gauche à droite, Isabelle Giraud, Range Murata, Mœbius et Takanori Uno, des éditions Tonkam.
Les photos sont © Jean David Morvan

A propos de l'auteur

La Rédaction

Né en 2005 sous la forme d'un webzine PDF, Wart a évolué en site d'actu sur la BD, le comic et le manga à partir de 2007.

5 Responses

  1. troubadour

    putain vous m’avez fait peur!!!!
    j’ai cru que morvan allait travillé avec MOEBIUS… fffouloulou.
    déjà que le XII de MOEBIUS-van hamme était un torture à lire.
    mais si morvan s’y mets aussi…

    l’expo à l’air d’enfer.

    Répondre
  2. JK

    Tu es sévère ! Le XIII de Mœbius est infiniment meilleur que le tome ultime complètement hallucinant.
    Mais je me rends compte que je suis une vraie fleur bleue par rapport à certains des lecteurs de Wart. 😉

    Répondre
  3. troubadour

    oui.

    le XII était visuellement une tuerie intégrale puisque qu’à mes yeux MOEBIUS c’est entièrement réinventer. il a repenser ses cadres et sa mise en scène, avec des plans très larges, presque vu de loin. son trait étai niquel et la couleur aussi… mais putain l’histoire… l’histoire… merde!!!

    ça sentait vraiment le gros coup de promo pour finir la série.
    ils m’ont niquer, et je l’ai acheté, et le maillon faible c’était la machine à pondre de la page de scénar formaté années ’80.
    le héros grand, ténébreux, séducteur mais pas marrant, costaud avec une coupe de cheveux qu’on peut copyrighter…

    mais s’ils font un XIII mystery avec MEZZO ou RISSO, je prends in, m’en fous.

    Répondre
  4. JK

    Ah oui, pour l’histoire on est tout à fait d’accord. Encore que le scénar de la Version irlandaise est bien mieux que celui du Dernier round.
    De toute façon, XIII a fini d’être sympa à suivre au tome 12 amha.

    Répondre
  5. troubadour

    on est d’accord.
    moi j’ai laché la série à SPADS. ouais le « 4 ».
    alors que celui avec l’évasion de la prison m’avait scotché.

    « il n’y a rien de plus hargneux qu’une maitresse déçue »

    je trouve aussi que en général, les polars en comics ont toujours un petit plus d’humour que ceux franco-belge. comme les films; cela doit être culturel.

    les polars BD, utilisent de bons gros clichés qu’ils envahissent à plein et seuls les meilleurs s’en sortent.
    les polars COMICS se focalisent sur un petit détail, un lieu et ils le retournent à fond (FELL, HAWAIIAN DICK, RED, CROSS BRONX…)
    et bien sur 100 BULLETS qui fait tout mieux que tout le monde.

    Les polars BD sont souvent des histoires de riches.(IRS, LARGO WINCH…)
    les polars COMICS sont souvent de gens de la rue, qui luttent et on s’identifie plus. et le réservoir potentiel d’histoires est infini.

    Répondre

Ajoutez votre grain de sel :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.