Morvan, directeur de collection chez Ankama

Annoncé hier sur facebook, Jean David Morvan devient directeur de collection aux éditions Ankama. S’il occupe déjà ce poste chez Delcourt, en dirigeant la collection Ex-Libris, on le retrouvera cette fois aux manettes des collections Wakfu à venir, ce qui devrait inclure Wakfu Nebuleuses, sorte de « Donjon Monster » de la saga. On y reviendra. Mise à jour : L’auteur dirigera en fait la collection Wakfu Heroes.

  1. Comme disait un de mes amis: « Y’a pas besoin d’être une poule pour apprécier une omelette ». Etre éditeur, c’est pas pareil qu’être auteur. Sinon, tous les auteurs se feraient éditeurs et tout le monde serait content (ou triste). Le monde de la littérature est plein d’exemples de grands éditeurs qui n’ont jamais été écrivain, pareil pour cinéma/producteurs, la musique etc… Après, les commerciaux comme dir de coll, c’est un autre débat.

  2. Mmmm… yves sente… ouais je prèfère ne rien dire.

    et pourtant ANDY DIGGLE(THE LOSERS) and CLIFF CHANG étaient des éditeurs avant de devenir des auteurs de COMICS…

    oui, il y a pleins de gens qui peuvent faire des livres.
    mais c’est quoi la formation de base pour être éditeur …?

    avoir de la culture.
    avoir du gout
    et avoir des idées.

    avoir du pif.
    connaître des auteurs
    ou ne pas avoir peur d’aller en chercher de nouveaux…

    je suis d’accord avec JDM, attendre les projets qui arrivent par la poste, n’est pas une bonne façon de faire de l’édition… vous êtes trop dépendant des centaines de dossiers que vous recevez et même s’ils sont mauvais, vous devez en choisir quelqu’uns pour remplir votre quota de livres à l’année.

    même si parfois de bonnes surprises arrivent par la poste…
    comme des premiers albums par exemple !!!!

    dans EISNER-MILLER le livre.

    WILL EISNER DIT :
    « l’éditeur qui a permis à MILLER de DEVENIR MILLER,
    est aussi important que MILLER lui même… »

    et je pense que la place de l’éditeur est primordiale dans la BD.
    ceux qui suivent les projets, qui « pensent » à la forme autant qu’au fond.
    ceux qui ont la culture de la BD, pour savoir ce qu’il y a eu « avant » afin de mettre « aprés » et au « bon moment »… la BD sur laquelle il travaille.

    l’éditeur, c’est la clé.
    un bon éditeur va mettre en valeur, un projet déjà bon.
    un mauvais éditeur peut tuer un projet déjà bon…

    et si JDM dit que …
    « Schlirf, Camano, Chauvel, Delcourt, Trondheim, Delacroix, Osterman, Lebescond, Run, Gnaedig, Ragon, van Meerbeeck, Hauri entre autres » sont de bons éditeurs, putain c’est TROP COOL alors parce qu’il y en a un paquet alors… 😉 une bonne nouvelle.

  3. Schlirf, Camano, Chauvel, Delcourt, Trondheim, Delacroix, Osterman, Lebescond, Run, Gnaedig, Ragon, van Meerbeeck, Hauri entre autres (je ne parle que de ceux qui sont encore aux affaire) sont de très bons éditeurs (au sens premier du terme, pas à celui de maison d’édition), le fait qu’ils soient auteurs ou pas ne change rien à mon avis.
    Le tout, c’est d’avoir une ligne, et de savoi l’adapter aux projets qu’on reçoit. Mais en fait, cette ligne est construite, à mon avis, sur les projets qu’on construit, aux gens qu’on va chercher, aux jeunes qu’on découvre et qu’on fait progresser. Attendre de recevoir des projets par la poste et choisir n’est pas ma vision de la publication de bd.
    Mais je débute, seulement, j’ai encore pas mal à apprendre.

  4. Ça c’est dans la rubrique Ils ont dit… Pour Larcenet 😉

    Sinon le point de vue de Trouba est sacrément réducteur ^^
    Quid de Georges Dargaud ? Jean Dupuis ? Jacques Glénat ? Guy Delcourt ? N’ont-ils pas été (ou sont) des éditeurs sans êtres auteurs ? N’ont-ils choisi que de mauvais projets ?

    Yves Sente a même fait le chemin inverse, il est diplômé d’Affaires publiques et internationales pour devenir éditeur au Lombard pour enfin finir scénariste, comme quoi.

    Si les professions cités par Trouba apportent très certainement des gages, elles ne garantissent en rien la qualité des projets signés et n’invalident pas les autres choix de carrières possibles pour devenir éditeur et directeur de collection.

    Si on prend le cas de David Chauvel, scénariste émérite, il est a crédité d’un beau succès éditorial avec ses 7, comme d’un loupé avec sa collection Impact, stoppé chez Delcourt.

    Les exemples sont légions dans les deux sens…

  5. « Je pisserai à la raie des cadavres de tous ceux qui se permettront de donner des leçons aux auteurs sans avoir eux-mêmes passé moins de quinze ans à étudier le monde par le dessin et l’écriture.»
    Manu Larcenet (son blog)

    c’était chez vous… avant 😉
    je suis d’accord à 100% avec LARCINET etje vois beaucoup de thé, tous les jours, juste à cet effet…

    sortir d’une école de commerce peut garantir que l’on sait « balancer un budget sur une année » pas que l’on peut choisir de bon projets éditoriaux.

    être un auteur, garanti au moins une chose, savoir au minimum « écrire » ou « dessiner une BD ». tous les « auteurs » qui ont été nommé dans les commentaires ci-dessus, ont en commun une certaine connaissance du médium avant de devenir éditeur.

    et cela compte. que l’on soit journaliste, libraire, scénariste, romancier, illustrateur, tous ces métiers ont en commun une expérience qui peut être utile pour juger de la qualité « potentielle » d’une BD.

    sinon, vous êtes juste un fan avec du fric.

    et même comme cela, on peut avoir un miracle
    mais vous laisseriez le volant du bus
    à un mec qui n’a pas le permis, vous… ?

  6. J’ai mis à jour la brève suite aux précisions. On a corrigé aussi l’erreur dans la news Mon Année. Bon, vivement mes vacances loin du laptop et du téléphone. Viiite. :démence:

  7. Si on veut être exhaustif, la liste risque d’être sacrément longues ^^

    Les auteurs dir de collections sont surtout plus identifiables aujourd’hui parce qu’ils gèrent une collection précise dont le logo apparait souvent en couverture (Shampooing, Impact, 619, Métamorphose, etc…). D’autres avant étaient (sont) moins identifiable, comme Doug Headline, Jean Wacquet ou Jean-Christophe Menu.

    Après des personnes venant d’une école de commerce ou d’ailleurs peuvent aussi faire du bon boulot… Être auteur ne garantit pas d’être un bon dir de collec ou éditeur 😉

  8. DEGLINGO> oui, comme DIR COLL.

    il y a aussi morvan (deux fois), sfar(deux fois, bréal et gallimard), trondheim, LUCIEN ROLLIN, ERIC ADAM, GWEN DE BONNEVAL,
    et RUN!!!!

    si je dis que c’est une mode c’est que c’est très recemment redevenu une réalité aprés des années de mecs qui sortaient des écoles de commerces…

    si j’en crois le catalogue de ANKAMA…

    WAKFU HEROES- LE CORBEAU NOIR
    – dessin :adrian f. delgado -scénar : un certain MORVAN ???
    96 pages et j’ai même l’ISBN…
    c’est les origines de KABROK…

  9. Ah si Le corbeau noir pour Morvan en Wakfu Heroes… Nanéfé comme disait l’ancienne ministre d’Hadopi… Ah bah tiens, un autre coup à boire en ça mémoire !!!

    On connait le nom du dessinateur ?

  10. Une mode… Une mode… C’est pas nan plus tout nouveau, il y a de sacrés noms qui sont passé par la : Goscinny, Charlier, Vidal… Tiens, ça mérite un pot en leur mémoire ça !!!

    Même s’il y a des fortes chance, l’histoire ne nous dit pas pour le moment si Jean David écrit dedans ? Si ?

  11. morvan chez ankama.
    j’en avais déjà un peu parlé dans les coms de LA GRENOUILLE NOIRE…
    hé hé hé…. il est cool le catalogue papier d’ankama…

    coordonner une collec et écrire dedans, c’est cool comme métier.
    au moins là, on sait de quoi l’éditeur est capable 😉

    moi, je trouve ça pas mal, cette mode des auteurs/éditeur…

  12. MAis c’est une collection de Tot, e fait. Moi je coordonne, plus que je ne dirige.
    Il fallait que ce fut précisé.

  13. J’espère qu’il a payé sa tournée de mojitos !
    Il peut toujours venir faire son pot d’arrivée au bar du Pacific Princess !!!

  14. Petite coquille, Jean David Morvan s’occupera notamment de la collection Wakfu Heroes dont le premier volume paraîtra début 2010. L’album Wakfu nébuleuse paraîtra lui en fin d’année 2009 🙂

Les commentaires sont fermés.