Objectif Tintin : une histoire de sous derrière la fermeture ?

Retour à la normale pour les gérants de l’œuvre d’Hergé. Après avoir paniqué les médias ciné du monde entier avec de fausses déclarations sur les films Tintin, la société de Nick et Fanny Rodwell revient aux fondamentaux : faire la chasse aux sites « hors charte » parlant de l’œuvre d’Hergé. Objectiftintin.com serait le dernier à en faire les frais. Il fermera ses portes le 15 septembre.

Officiellement, la charte graphique du site est mise en cause – avec interdiction d’utiliser des GIF animés, comme un Milou remuant la queue –, tout comme la publication de news sur des manifestations et des éditions non contrôlées par Moulinsart. Ces écarts ont valu à Objectiftintin une lettre aussi longue qu’un discours de François Fillon, menaçant le site de fermeture, si sa situation n’était pas régularisée. Joint par la rédaction, Moulinsart explique que la publicité, dont tirait profit le site – via les pubs sur la page d’accueil –, le mettait de facto hors charte. La présence de news au sujet d’évènements ou de produits non officiels ont conduit la société a durcir le ton. Pourtant, Moulinsart précise ne pas être à l’origine de la fermeture, décidée par Objectiftintin. Par le passé, une fermeture aurait déjà été envisagée par ses administrateurs, faute de temps et de moyens.

Jean-François Buslain, administrateur d’Objectiftintin, confirme sa décision de fermer son site de lui-même, lassé d’avoir une épée de Damoclès au dessus de la tête. Il confirme aussi profiter de recettes publicitaires pour payer l’hébergement, mais regrette que les ayants droit ne l’aident pas  financièrement et éditorialement. S’il maintient la fermeture pour le 15 septembre, il espère que ses bons rapports avec le château offriront à Objectiftintin un destin moins (Louis de) funeste.


En médaillon, TINTIN © Moulinsart, Hergé. Ci-dessus, Objectiftintin.com au 3 septembre.