Olivier Balez : BD reportage saisissante dans XXI

Et de deux ! Après s’être occupé du désert d’Atacama avec Pierre Christin, le dessinateur Olivier Balez (Angle mort, Topless) reprend ses crayons pour une deuxième bande dessinée reportage qui vient de paraître dans le numéro 10 de la revue trimestrielle XXI, vendue 15 euros en librairie.

Personnelle, l’histoire met en scène le frère de l’auteur, atteint d’une grave maladie inflammatoire chronique intestinale, peu connue et plutôt taboue. Sur trente pages, Olivier Balez partage son récit en deux temps distincts : le quotidien de son frère, l’évolution de sa maladie, et son ascension du Mont Rose, sorte de prélude à celle du Mont Blanc, qu’il doit gravir en juillet avec d’autres malades.

À la fois poignante et instructive, l’histoire servie par un dessin superbe et une mise en couleur oscillant entre scènes « chaudes » et « froides » offre au lecteur un témoignage rare et passionnant.



Les images sont © Balez.

  1. Bravo Olivier pour cette bd dans led ernier numéro, c’est vraiment un superbe témoignage, j’en suis ressorti vraiment touché et ému.
    Et courez lire, acheter, parler de XXI. Bien sûr.

  2. Oui, merci pour cet article et je partage les reactions concernant la qualite de cette revue qui finalement, ramenee au mois « ne coute que 5 euros ». Avec pas mal de lecture, il faut bien l’avouer! Et surtout des paris remportes comme celui des articles longs et passionnants ou de l’illustration plutot que de la photo et le choix du papier plutot que le net. Enfin, a contre courant de ce qui se dit ailleurs et avec un ton totalement independant… comme l’a si bien dit Cacahuete, c’est important de soutenir une presse de cette qualite!
    Et puis, les connaissant « de l’interieur », ce sont de belles et rares personnes qui travaillent dans cette revue. pourquoi bouder un tel plaisir ? 😉

  3. Placid à la charte graphique, de véritables enquêtes journalistiques, Guibert depuis un moment coté bd, plus à chaque numéro un autre récit dessiné comme celui cité plus haut. Et même à 15€ je n’ai qu’un regret, qu’il soit trimestriel ! C’est long d’attendre 3 mois. En attendant, achetez XXI, franchement, ne serait-ce que pour soutenir une presse de qualité. 15€ pour une revue dispo en relais H et en librairie, ça peut paraitre cher, mais après lecture, on sait que l’on paye un vrai travail. Et sans pub en plus, même pas de publirédactionnel ! Vive le XXI

Les commentaires sont fermés.