Quels sont les 3 scénaristes les plus prolifiques de 2008? [MAJ]

Ni Christophe Arleston, ni Stephen Desberg et encore moins Jean Dufaux ne figurent parmi les trois auteurs de bande dessinée franco-belge les plus prolifiques de l’année. Non, en 2008, le haut du podium est disputé par Jean David Morvan et Éric Corbeyran suivis de loin par le discret Christophe Cazenove. Explication.

À eux trois, ils ont sorti 68 albums en 2008. Pas mal. Christophe Cazenove, pilier des éditions Bamboo s’illustre cette année avec 14 titres humours, dont pas mal sont écrits à quatre mains, il faut le préciser. Avec 27 albums, Éric Corbeyran, capable du pire (Uchronie[s]) comme du meilleur (Le Chant des Stryges) est ex-aequo avec Jean David Morvan, capable du pire (Al Togo #4) comme du meilleur (Naja #2) et ses 27 albums, dont 11 adaptations de classiques en BD. Eux deux font la course en tête façon Martine Aubry/Ségolène Royal. Mais si Corbeyran gagne au jeu du nombre de nouvelles séries publiées et, selon nous, à celui du nombre de navets parus dans l’année, c’est à Morvan que l’on doit le surréaliste Guerres Civiles #2, qui ne connaîtra d’ailleurs jamais de suite.

La compétition pour 2009 est déjà ouverte, et Corbeyran fait la course en tête avec 7 albums annoncés entre janvier et mars prochain ! Un score d’ores et déjà impressionnant – voire carrément effrayant. Voir le podium et la liste des albums.

Mise à jour, le 15 décembre :
Dans un commentaire, Manuel F. Picaud recense un 27e album pour Éric Corbeyran. Lui et Morvan font désormais jeu à égalité. La compétition est à son paroxysme !

Chers lecteurs, n’hésitez pas à solliciter une commission de récolement en cas de contestation du podium !

Christophe Cazenove
Les Pompier #8 (novembre 08)
Les fondus de la glisse #1 (novembre 08)
Les Sisters #2 (octobre 08)
Plan drague – nouvelle génération #2 (octobre 08)
Les Gendarmes #11 (octobre 08)
Les Pétanqueurs #4 (juillet 08)
L’Auto-école #6 (juin 08)
Plan drague #2 (juin 08)
Basket Dunk #5 (mai 08)
Les Fondus du jardinage #1 (mai 08)
Les Sisters #1 (mai 08)
Les Pompiers #7 (avril 08)
Les Fondus de la pêche #1 (mars 08)
Les Fondus de la cuisine #1 (janvier 08)
=> 14 titres parus entre janvier et décembre 2008

Éric Corbeyran
Le Chant des Stryges #12 (décembre 08)
Natty #2 (décembre 08)
Le 3e œil #1 (octobre 08)
Pulsions #1 (octobre 08)
Back world #2 (octobre 08)
Climax #2 (septembre 08)
Okhéania #2 (septembre 08)
Weëna #6 (août 08)
Nelson Lobster #3 (août 08)
Zélie et compagnie #6 (août 08)
Garrigue #2 (août 08)
Double Gauche #3 (août 08)
Uchronie(s) – New York #1 (mai 08)
Garrigue #1 (mai 08)
Natty #1 (mai 08)
Le Territoire #6 (avril 08)
Climax #1 (avril 08)
Le Maître du jeu #6 (avril 08)
Uchronie(s) – New Harlem #1 (mars 08)
Les Véritables légendes urbaines #2 (mars 08)
Trop mortel #2 (février 08)
Les Hydres d’Arès #2 (février 08)
Nanami #2 (février 08)
Zélie et compagnie #5 (février 08)
Uchronie(s) – New Byzance #1 (janvier 08)
Okhéania #1 (janvier 08)
Nelson Lobster #2 (janvier 08)
=> 26 titres entre janvier et décembre 2008

Jean David Morvan
Les Chroniques de Sillage #6 (novembre 08)
Spirou et Fantasio #50 (novembre 08)
Taras Boulba #2 (novembre 08)
Trois… et l’ange #3 (octobre 08)
Les Trois mousquetaires #3 (octobre 08)
L’Homme qui rit #2 (octobre 08)
Les Contes du boudoir hanté #2 (octobre 08)
Sillage #11 (octobre 08)
Sept yakuzas (septembre 08)
Naja #2 (septembre 08)
Double assassinat dans la rue Morgue (juin 08)
Le Cœur des batailles #2 (juin 08)
Le Petit monde #2 (juin 08)
Le Cycle de Tschaï #8.2 (juin 08)
Les Contes du boudoir hanté #1 (mai 08)
Zorn et Dirna #5 (avril 08)
Nävis #4 (avril 08)
Les Aventures de Tom Sawyer #2 (avril 08)
Guerres civiles #2 (avril 08)
Naja #1 (mars 08)
Les Chroniques de Sillage #5 (mars 08)
Le Dieu singe #1 (mars 08)
Au bord de l’eau #1 (mars 08)
Trop de bonheur #4 (mars 08)
Taras Boulba #1 (février 08)
Je suis morte #2 (janvier 08)
Al’Togo #4 (janvier 08)
=> 27 titres parus entre janvier et décembre 2008

  1. Voilà. C’est mis à jour. On est bien embêté maintenant. L’un d’eux n’a pas sorti des ouvrages en Nouvelle Calédonie que nous aurions oubliés ?

  2. Je voudrais vous signaler un 27e album pour Eric Corbeyran. Il a en effet participé au collectif Véritables légendes urbaines, le tome 2 est paru chez Dargaud en mars 2008. En réalité il y a donc deux gagnants en première place ! Bien amicalement, Manuel
    pour info le lien de l’article paru hier sur mon blog concernant Eric Corbeyran avec la plupart des couvertures 2008 et un extrait d’interview
    http://bd75011.blogspot.com/2008/12/joyeux-anniversaire-eric-corbeyran.html

  3. Je suis morte #2 (janvier 08)
    -> Nicolas travaillant à un rythme aléatoire.

    HA HA HA trop fort loic.

    même si morvan travaille vite, il a commis beaucoup trop de bouzes pour pouvoir avoir des excuses. il est le plus prolifique et la qualité à depuis longtemps quitté ses albums.

    on fait dire aux chiffres ce que l’on veut mais parfois,
    c’est quand même clair. TROP D’ALBUMS NUIT À LA QUALITÉ.
    faudrait peut-être coller un sticker sur certains albums … ?

  4. si je comprends bien, on ne peut pas comptabiliser ni les auteurs qui vont vite (sic) ni ceux qui vont lentement?
    Bizarre…

  5. attention a ne pas faire porter tous les torts sur la machine!! l’auteur n’est pas tout puissant! la vision d’un bon éditeur ( ce n’est pas un gros mot!) aide souvent a diriger ( ce n’est pas un gros mot non plus!) l’auteur sur des voies moins égo-istes ( ça peut être un gros mot!) qu’il a souvent, après quelques succés ou adaptation en « -film-serie-dessin animé ( rayez la mention inutile)… cette phrase de jean jacques beneix a méditer: « Le cinéma (la bd), c’est aussi des ego, des névroses, un marché et une compétition. »

  6. complètement d’accord sur la responsabilité éditoriale.
    Je pense même que nous devrions nous poser des questions sur le rôle et le travail des éditeurs…
    à lire… l’édition sans éditeur (je crois que l’éditeur est la machine)

  7. je comprends que pour gagner sa vie , un auteur doit produire ( et non, ce n’est pas un gros mot!) le plus d’album possible, ceci n’est nullement remis en compte, juste qu’il est parfois plus sage d’appuyer un peu sur la pédale de frein plutot que d’encombrer inutilement les étagères déjà bien remplie des libraires…mais n’est ce pas un peu aussi la responsabilité des éditeurs et de leur confiance aveugle en leurs auteurs, qui devraient parfois recadrer certaines faiblesses? ( au lieu d’aposer sur une bande desinnée une cartouche de papier par « l’auteur de… » ( sur un album qui n’a souvent rien a voir avec le précédent!!)? mais enfin tout cela n’est pas bien grave… méditons plutot cette phrase de Daniel Prévost: «  »Faire un mauvais film, c’est quand même beaucoup moins grave que d’attaquer une vieille. »

  8. Nous sommes d’accord sur la notion de signature plus facile à cause du succés…
    Je dis juste qu’une analyse basé sur l’addition est un peu facile.
    Les choses sont beaucoup plus complexes que cela !

  9. il ne faut tout de même pas oublier que l' »ffet « bankable » existe!! personne ne pourra nous oter de l’idée qu’un succès comme « sillage » par exemple ou « les stryges », rendent les éditeurs particulièrement demandeurs… quand une serie marche les portes des multiplications des désirs d’auteurs et désirs de multiplication des petits pains ( bd) est bien légitime…faut il donc alors pour un auteur, céder aux sirènes de la gloire ou essayer de construire une oeuvre ( et oui, ce n’est pas un gros mot) cohérente, ne ressemblant pas pour certains a une ressucée mash-up des films de Tarantino ? (un scenario avec une idée étirée, ne vaudrait il pas un scenario avec deux idée qui se complètent… hum c’est vrai pourquoi en faire un, quand on peut en faire deux?
    Sinon, merci pour cette défense particulièrement objective et bien documentée sur la production de jean david morvan…

  10. Je ne crois pas que faire une simple addition donne l’impression de « foutre des mecs contre les murs ». Ou alors il y a un problème.

    Que parmi ces bouquins certains soient nuls et d’autres chouettes, ça semble inévitable, cf. nos petits avis sur les exemples en question.

  11. Si je peux me permettre, je trouve cet article déplacé.
    Cela donne l’impression de foutre des mecs contre les murs.

    Si vous vouliez être exacte, vous devriez différencier le travail de scénariste de celui de co-scénariste.

    Prenons le cas du scénariste vous placez en tête de liste : Jean-David Morvan.

    Vous pouvez alors retirer

    Spirou et Fantasio #50 (novembre 08)
    Taras Boulba #2 (novembre 08)
    Les Trois mousquetaires #3 (octobre 08)
    Les Aventures de Tom Sawyer #2 (avril 08)
    Guerres civiles #2 (avril 08)
    Trop de bonheur #4 (mars 08)
    Taras Boulba #1 (février 08)

    Ce genre de collaboration ne demande pas le même travail.

    Vous auriez également pu parler des scénarii qui ont été écrit depuis un moment et qui n’ont pris du retard dans la réalisation dessinée.

    exemple :
    Trois… et l’ange #3 (octobre 08)
    -> pedro étant un dessinateur long.

    Al’Togo #4 (janvier 08)
    -> Sylvain savoia étant sur marzi.

    Je suis morte #2 (janvier 08)
    -> Nicolas travaillant à un rythme aléatoire.

    et puis les dessinateurs qui travaillent très très vite… donc obligation de fournir du matos.

    Taras Boulba #1 (février 08)
    Taras Boulba #2 (novembre 08)

    Les Contes du boudoir hanté #1 (mai 08)
    Les Contes du boudoir hanté #2 (octobre 08)

    Naja #1 (mars 08)
    Naja #2 (septembre 08)

    Ainsi que les collectifs qui ne demandent pas le même travail

    Les Chroniques de Sillage #6 (novembre 08)
    Les Chroniques de Sillage #5 (mars 08)

    Votre analyse me semble superficielle pour se permettre de dire « le pire comme le meilleur ».

    Il y a des scénaristes qui ne font qu’un ouvrage par an… et qui ne font que du pire. En multipliant les projets, vous avez plus de chance de vous planter…c’est une évidence.

  12. Etonnant de voir que Morvan et Corbeyran ont un capital sympathie énorme en comparaison d’Arleston, pour lequel certains crient à l’over-dose pour seulement une petite dizaine d’album par an.

    En tout cas, très chouette article. Chapeau les gars 😉

  13. Merci merci!! enfin on se rends compte quela valeur des choses n’est pas lié a sa capacité de production! voir de surproduction dans ce cas là 26 albums en 1 année ! tout cela pour en conserver 2 ou trois intéréssants!! certains ne devraient tils pas concentrer leurs talents au lieu de le disperser? c’est sur qu’on gagne moins d’argent en faisant 3 scénario par ans…

Les commentaires sont fermés.