[Reportage] Quai des Bulles 29e édition, c’était ce week-end

Après un vendredi riche de rencontres, Albert Uderzo, la coqueluche du 29e festival Quai des Bulles de Saint-Malo, a brillé par son absence le reste du week-end. L’exposition consacrée à sa carrière, notamment à ses héros gaulois, ressemblait quant à elle plus à un catalogue de figurines qu’à un véritable hommage et aurait gagné à être un peu plus fournie malgré une mise en scène sympathique.

Côté fréquentation, après un premier jour très calme, le samedi et dimanche ont fait le plein, les visiteurs tentant d’acheter leur sésame jusque tard dans l’après-midi du dernier jour. Un franc succès donc (le festival revendique 30 000 visiteurs), sous le signe de la famille et d’une ambiance agréable. Les bonnes surprises ont été nombreuses, tels la magnifique exposition Souvenirs de films ou encore le succès non négligeable auprès des enfants – en dédicace comme en exhibition – de la Petite souris, grosse bêtise de Loïc Dauvillier et Kokor aux toutes jeunes Éditions de la Gouttière. Les différentes projections vidéo et autres Contes à Bulles ont également été une franche réussite.
Lire la suite du reportage et nos photos.



Futuropolis et Glénat ont sans conteste été les grands gagnants de la 29e édition du festival Quai des Bulles. Le Lulu femme nue d’Étienne Davodeau remporte le prix des lecteurs Ouest France/Quai des bulles, succédant ainsi à Blanchin et Perrissin et leur Martha Jane Canary à laquelle une exposition était consacrée. David Prudhomme rafle lui le Coup de Coeur du festival (remplaçant le Ballon Rouge et Petit Robert) pour son Rébétiko. Les éditions de Jacques Glénat – ému devant les multiples hommages de la part de ses auteurs – ont fêté dignement leurs 40 ans avec une exposition retraçant leur parcours, alors que la Bande à Tchô remporte le Prix de l’Affiche (ex-Bonnet d’Âne) et sera donc amenée à dessiner la trentième en 2010.

La nouvelle remise des prix du festival aura été à l’image des trois jours de la manifestation : pleine de rencontres, de découvertes, d’émotion et surtout de bonne humeur. Quai des Bulles reste un événement incontournable, accessible à tous, sauf peut être au papa d’Astérix qui semble s’être perdu dans les ruelles de la cité malouine.

Lelf
En haut à gauche “Uderzo avant Astérix” • Au centre à gauche “François Bayrou (ou plutôt Chloé Cruchaudet et Valp)” • En bas à gauche “Conférence avec Jacques Glénat (le deuxième en partant de la gauche)”. Oui, tout est à gauche ici !
Merci à Lelf pour les photos.