Tintin au cinéma : imbroglio sur qui réalise quoi

Spielberg/Jackson ? Jackson/Spielberg ? La confusion règne autour de l’adaptation au cinéma des aventures de Tintin. On doit ce cafouillage à un porte-parole des studios Hergé qui, dans une déclaration au quotidien belge La Dernière Heure, annonce catégoriquement que ce n’est pas Steven Spielberg, mais Peter Jackson qui est en charge du premier long-métrage Tintin.

Le réalisateur du Seigneur des anneaux, adapterait ainsi l’histoire du Secret de la Licorne et du Trésor de Rackham le Rouge, complétée par une scène issue du Crabe aux pinces d’or. Steven Spielberg se serait occupé du deuxième film, dédié au Temple du soleil.

Oui mais non. Mardi 26 août, The Hollywood Reporter supprime de son site l’article faisant écho de l’information, à peine dix minutes après sa mise en ligne. Et pour cause : Spielberg réalisera bel et bien le premier film contrairement aux déclarations du porte-parole… La grosse boulette. Spielberg et Jackson : nouveaux Dupont et Dupond ?


Tintin © Hergé, Moulinsart. Photo © Pierre Sacovy.

  1. En fait, même cela nous n’en sommes pas sûrs. L’information comme quoi le scénario piocherait à droite, à gauche, est sortie à l’automne 2007. Pas mal d’annonces contradictoires ont été faites depuis.
    Donc tout ça reste à prendre au conditionnel.

  2. Je ne sais pas pourquoi tout le monde focalise sur cette « bourde » (de toute façon les 2 réalisateurs collaborent étroitement sur ces films) quand la vraie info est plutôt que les adaptations seront des mélanges de différentes histoires : apparemment la trame d’un diptyque est conservée puis les réalisateurs demandent au scénariste d’aller pêcher des péripéties dans d’autres bouquins (on parle de mélanger le crabe aux pinces d’or avec le secret de la licorne et même vol 714 pour Sydney…). Un parti-pris culotté mais qui a au moins le mérite d’offrir une surprise aux lecteurs les plus blasés et de bâtir des histoires plus rocambolesques donc peut-être plus cinématographiques.

Les commentaires sont fermés.