Trondheim prépare un livre sur L’Association

Alors que L’Association, dirigée par J.-C. Menu, s’apprête à fêter ses 20 ans en juin en publiant le catalogue collectif XX/MMX, Lewis Trondheim, Killoffer, Stanislas et David B., quatre des 7 fondateurs de la maison d’édition associative, préparent un autre livre collectif de leur côté pour « remettre les choses, et certaines personnes, en place », comme l’annonce l’auteur de Lapinot sur le forum officiel de Donjon.

  1. Lewis a publié UN ouvrage JEUNESSE, ce qui se vend de « Jochen », les ouvrages expérimentaux de l’auteur sont à l’assoc, parceque ça n’intéresse que Menu de les éditer. Eh oui ! Et pour ce qui est de l’Oubapo, nouvel ouvrage dans l’année suite au Pierre Feuilles Ciseaux, et Oubapo qui n’a jamais arrêté de produire ceci dit. Ware n’a jamais autant expérimenté que Caroline Sury il me semble. Non, franchement, Ware reste dans les livres. Non Delcourt n’est pas indé, et n’a pas une démarche en ce sens. L’association, si, avec et encore plus, sans Lewis.

  2. je sais pas vous mais, moi je commence à comprendre POURQUOI lewis (et ses potes avec qui il ne s’est pas faché) a décidé de publier un livre sur sa version des faits avec MENU. vu les arguments de membres de secte lus ici,
    j’imagine ce que cela doit être ailleurs…

    bravo les gars, vous avez réussi à nous montrer à quoi ressemble une bande d’irréductibles gaulois SANS LA POTION MAGIQUE…

    KK-« je le demande : qui va éditer Jochen Gerner quand l’assoc ne serra plus là ? »
    JK-« Jochen Gerner ? Trondheim a publié un de ses livres dans la collection Shampooing !!! »

    TROUBA-« moooohahahahahhahhahahh!!!! » (rire du méchant)

  3. Cacahuète, le choix de certains de vos arguments me laisse perplexe. L’OuBaPo ne produit quasi plus rien depuis un moment et pour cause, ses fondateurs (dont Trondheim était d’ailleurs) sont plus ou moins tous partis à ma connaissance…

    Jochen Gerner ? Trondheim a publié un de ses livres dans la collection Shampooing !!!

    Pour Delcourt, faut-il rappeler que c’est l’éditeur qui a publié les bouquins les plus importants de Chris Ware ? Ouais, Delcourt et pas L’Assoc. Et question expérimentation, je crois que Ware se pose là, tout comme des mecs comme Marc-Antoine Mathieu ou Andreas dont personne ne parle jamais.

    Max > En couleur, ça doit être le rachat du catalogue Bréal. Sinon ils se sont lancés dans des éditions collector limitées mais pas trop puisqu’elles sont rééditées. (C’est trangressif, c’est avant-gardiste !)

  4. En même temps tu réalises juste que la vie est régie par le capitalisme… Hélas tu ne pourras pas y faire grand chose. Si malgré l’appât du gain, Delcourt publie de bonnes bd, permet à des auteurs de vivre de la bd (ou de gagner de l’argent dans une société ou rien n’est gratuit), tant mieux! Les petits éditeurs vivent pour pas mal d’aides, de bourses etc, refuser un minimum d’ouverture pour rester Underground reviens à se tirer une balle dans le pied. D’ailleurs ça fait longtemps que je n’ai pas mis les pieds dans une librairie en France mais il me semblait quand même que L’Assoc avait sortie des « beaux » livres en couleurs et tout pour faire jolie dans les rayons de la Fnac, contradiction?

  5. Alors ça m’ennuie aussi très souvent l’Art Contemporain, mais j’en définit par là une discipline qui ne veut pas de ses limites, mais qui les cherche. En soit, l’art n’a pas de rapport avec l’argent, personne n’a jamais dit qu’on était obligé de vivre de son art. Ce qui m’inquiète ce n’est pas le salaire des auteurs, on peut conceptualiser pour ses loisirs, mais c’est la diffusion, l’édition, l’accès à cet art qui est mis à mal. Et ça, Delcourt n’en a aucune idée, si la bd stagne ou avance dans ses idées, ça n’est pas son problème : son problème s’est de savoir si les ventes augmentent ou chutent, que l’on arrête de me faire croire que, le dernier Poisson Pilote et un tirage sérigraphie de Blanquet, c’est du pareil au même dans le concept et l’impact. Quand ils tentent et enregistrent des pertes, ils parlent d’un mauvais marketing.

  6. Je m’attendais à toutes ces réponses. Mais à 30 ans (10 ans de travail dans l’édition, monsieur le vieux Troubadhour) je le demande : qui va éditer Jochen Gerner quand l’assoc ne serra plus là ? Qui éditera l’Oubapo ? Ces gens font avancer la bande dessinée, redessinent sans cesse ses frontières, les étudient, se posent la question de la forme et du fond quand les autres se demandent uniquement comment vendre plus, ça n’est rien de plus que celà de faire de la bd un art plutot qu’un produit marchand. Verra-t-on un jour monsieur Delcourt ou Dargaud créer un collectif d’expérimentation sur la bande-dessinée, les verra-t-on transdispliner la matière avec d’autre forme d’art ? Pourtant ce sont bien ces expériences qui amènent des choses nouvelles dans la bande dessinée, pas ceux qui exploitent les filons déjà expérimentés qui font recette. C’est celà que je leur reproche aux gros éditeurs. A l’heure ou l’état somme les acteurs du culturel de développer les partenariats privés, on peut s’attendre à ce que des acteurs comme Le dernier cri à Marseille , Pierre Feuilles Ciseaux en Franche Comté, La Malterie à Lille, et bien d’autre à disparaitre, car ils n’auront aucun soutient de ses éditeurs, puisque ça ne rapporte rien. Et laissez-moi penser que c’est dommage que pendant ce temps Lewis nous raconte ses petites phobies existentielles dans ses petits riens. Et Menu a le mérite de vivre parmis ses acteurs là, et je trouve ça plus honorable que de rester chez Delcourt pour éditer ce qui a déjà été vu mille fois, mais bon, découvrir des talents ça se fait pas le cul assis dans des avions.

  7. MaxF a vraiment raison pour le coup…

    et que Dieu me protège de l’art…enfin je veux dire de mourir
    de faim…
    Parce que faire de l’art en étant payé 1000e le livre, ça me dit pas
    du tout.

  8. Ça me rappelle les brouilles éditoriales qu’on a eu au sein du French Fourch (dont je doute qu’il y ai la moindre news sur Wart). Fut un temps ou je suis arrivé sur Wart avec une position ultra radical sur la bd (demandez à JK). En vieillissant je me suis rendu compte qu’il fallait manger (en autre), payer des factures, se projeter un minimum dans l’avenir. Après tout dépend de sa conception de l’artiste, je respecte toutes les positions même s’il est facile de défendre des idéaux lorsque que l’on est étudiant dans une école de dessin, un peu moins quand on doit travailler chez Mc Dalle à mis temps. Pour moi l’art doit rester accessible, je ne dis pas qu’il faut s’adapter au mauvais goût du grand public mais la position je suis un Artiste contemporain est vraiment quelque chose qui m’ennuie profondément. Il faut juste faire ce que l’on a envie de faire, je ne fais pas de classement entre les dessinateurs comme Trouba (j’aime vraiment beaucoup de choses très différente, pas mal d’indé c’est sure mais je n’ai pas d’aprioris tant que ce n’est pas des trucs stéréotypés publiés pour générer de l’argent), être ouvert, accepter que si on choisi d’en faire un métier, il faudra dans tout les cas jouer un minimum le jeu. Certains « grands éditeurs » publient d’ailleurs des albums qui ne doivent pas se vendre, ce peut être toutefois un bel album: tant mieux! Est ce mal de signer chez eux, d’avoir un peu plus d’argent, je ne pense pas. Je lis des albums de chez Ankama et je publie des livres encore plus underground que l’Association 🙂

  9. kkhuette> tu vas être déçu par le monde des adultes quand tu seras grand…

    « Menu qui est dans une démarche artistique,  » AH oui ?
    en tout qu’à pas au niveau du scénar, ni du dessin…

    au niveau de la critique du travail des autres, peut-être ?
    un sport de haut niveau pratiqué par les adeptes de l’église de l’association.

  10. Nan mais sérieux ! Je mettrais ma main à couper que les 3/4, voire la grande majorité, des bouquins Shampooing rapportent pas un clou à Delcourt.

    Puis qu’est-ce que c’est que ces conneries de monde de l’art. C’est marqué où que pour être un auteur intègre faut vouer sa vie à l’aaaart et, de préférence, ne pas vivre de son travail parce que ça serait surfait comme démarche.

    J’ajoute qu’au jeu de la BD et l’art, j’ai trouvé le « Bleu » de Trondheim profondément artistique, mais bien pourri dans mon for intérieur, alors que je m’éclate toujours autant quand je lis les 3 chemins, cette chose commerciale publiée par Delcourt.

    J’entends bien vos arguments et votre raisonnement, mais non seulement je ne les partage pas, mais en plus je les trouve un peu couillons et malvenus. Vous citiez Ruppert et Mulot : ils viennent de sortir un collectif chez Delcourt. Vous citiez Killoffer, il dessine des pubs pour Volkswagen. Sont-ils, eux aussi, des sortes d’apostats de la BD ?

  11. Voilà ! Donc plus personne n’est fidèle par rapport à ses ambitions de départ, SAUF, Menu, et je trouve celà louable. Menu nese considère pas comme un avant-gardiste je crois, mais c’est surtout quelqu’un qui a une démarche , comme Jochen Gerner, comme Killofer, comme Ruppert et Mulot à travailler pour un lien fort de la bd avec l’Art Contemporain. Et à voir ce qu’on put faire à ce niveau là tout ceux qui ont quitté l’assoc depuis, on se rend très vite compte que c’est bien Menu qui est dans une démarche artistique, Trondheim et Sfar ont certainement bien plus à faire à vendre des droits, et à chercher des livres de copains qui se vendent, parcequ’ils n’ont même pas le courage de monter leur propre structure non plus, et préfèrent engraisser les gros.

    Il faut dire ce qui est: ce sont des vendus, et ont quitté le monde de l’art. Mais sincèrement, Lewis, il n’a pas été embauché pour ses beaux yeux quand même ? C’est bien pour générer des ventes je crois, et des grosses, avec des bénéfices. Si l’assoc durera jusqu’à épuisement des ressources financières, la collection shampoing s’arrêtera quand elle ne génèrera plus de bénéfice, il n’y aura pas d’aide, de remerciement au nom de l’art, pas de réédition. Mais bon, peut-être que l’assoc rééditera quelques titres pour des ventes à perte.

  12. BARZ> je suis pas méga fan de BAUDOIN. trop de bouquins vite fait par rapport à ceux vraiment bien… mais j’avais beaucoup aimé « Couma acò » chez FUTUROPOLIS. j’ai jamais retrouvé dans un autre livre ce qui m’avait tant plu dans celui-là… et je connais bien l’oeuvre de BAUDOIN.

  13. oui, quand l’émotion te traverse, c’est personnel.
    les gouts et les couleurs… je suis d’accord, ça marche pour toi, OK.
    mais DIRE que MENU est AUJOURD’HUI à la pointe de l’avant garde et « est le ZENITH de nos bois », faut pas pousser mémé dans les orties si tu veux un coup de canne.

    tous les auteurs que tu cites sont bons. pour des auteurs indés.
    seulement de nos jours, il est possible de faire des histoires de « indés », partout. je vais pas mettre GIRAUD et PRATT à coté de RUPERT & MULOT. t’ais gentil, mais non.

    la colère (légitime) de MENU à ses débuts, à laquelle j’adhèrais, n’a plus raison d’être aujourd’hui. le visage de la BD a changé.
    le numérique dans la fabrication ou la vente.
    le MANGA avec ses 43% de lecteurs et son influence sur les auteurs (NADJA, MUTAFUKAZ, FAUSSE GARDE…)
    c’est les indés qui sont devenus les patrons. SFAR, TRONDHEIM, DE BONNEVAL ont ou ont eu des collections à diriger. avec le succès et la qualité qu’on connait. presque tout le staff des REQUINS MARTEAUX fait des livres chez DARGAUD, DUPUIS, DELCOURT ou autre grosses boites. bin alors, si les grosses boites sont méchantes, TU DIRAS à BOUZARD et SAPIN de quitter LA COLLEC POISSON PILOTE qui au dernier recensement est chez le LEADER du marché ; DARGAUD…

    Même cette grande gueule donneuse de leçon qu’est philippe squarzoni est dans la collection MIRAGE… ha!

  14. Désolé MrTroubadour, mais à mes yeux David B, Menu, Jochen Gerner, mais aussi Blanquet, Ruppert et Mulot, ou encore Ambre ou Bouzard m’ont donné autant d’émotion qu’interpelé dans mes lectures que Blutch, Baru, Pratt ou Giraud. Ils n’ont pas fait exprès Mr Troubadour, mais leur message est très bien passé par moi.

  15. bin dis donc, il va en vendre des CAISSES de son livre de VENDETTA, LEWIS.
    y en a des gens qui veulent savoir , qui a dit quoi…
    extrait du livre de LEWIS (à paraître)

    « pourquoi tu me parles plus…  »
    « je vous donne ma version de notre rupture…
    « c’est lui, le méchant, nah ! …  »
    « oui, mais fallait pas coucher avec dargaud … »

    allez quoi si KOOL SHEN et JOEY STAR, se sont serrés la main, vous pouvez le faire les gars, vous êtes quand même pas plus HARDCORE que NTM, hein…

Les commentaires sont fermés.