Un nouveau Aurita en octobre

Dans Je ne verrai pas Okinawa, Aurélia Aurita évoque les conditions d’accès au Japon et ses procédures administratives un tantinet liberticides. Prise d’empreintes, photo, interrogatoire… Le programme complet de l’arrivée au pays du Soleil Levant est à lire dans une petite preview sur le site des Impressions nouvelles. Bien sûr, on n’imagine pas un album d’Aurita sans une scène de cul bien cochonne. Confirmation le 15 octobre, pour 12 euros.