Interview : David Chauvel, directeur de la collection Sept chez Delcourt.

1/ Pourquoi un projet autour des 7 mercenaires plutôt que des 12 salopards ou des 300 spartiates ?
David Chauvel : Parce qu’étant un misanthrope de première, j’ai déjà eu bien du mal à me trouver 7 copains dans le métier. 300, c’était bien sûr impossible. Mais même 12, c’était au-dessus de mes forces.

2/ Comment s’est organisée la sélection des 6 autres scénaristes et des 7 dessinateurs ?
J’ai organisé un grand casting. Élocution, chant, maintien, défilé en bikini, ils ont tout fait. Je vais d’ailleurs bientôt mettre la vidéo des recalés sur YouTube.
Sérieusement, je me suis tout simplement tourné vers les gens que j’appréciais et dont j’appréciais le travail. Le seul qui n’était pas un bon copain, c’était Fabien Vehlmann. Ce fut donc l’occasion de faire sa connaissance.
Je l’ai d’ailleurs très vite regretté mais que voulez-vous…c’était trop tard.

3/ Pourquoi 13,95€ plutôt que 7€ ? Que trouvera-t-on en plus par rapport à des livres à 12,90€ dans les albums de Sept ?
De bonnes histoires, plus de pages et de vrais morceaux de talent garantis sans OGM ni arômes artificiels.
Il y a un album de 54 pages, un de 70 et tous les autres de 62. Ce sont de bons récits, denses et complets.
On en a donc pour son argent, comme au marché, quand la marchande des quatre saisons rajoute un bouquet de persil gratuit à vos deux laitues et vos 3 kilos de courgettes.
Enfin, à peu près, quoi…

4/ Pourquoi l’événement n’a-t-il pas été lancé le 7/07/2007 ?
Parce que c’est l’anniversaire de mon fils. J’ai donc mieux à faire.
Et accessoirement, parce que tout le monde ou presque est en vacances et s’en fout donc complètement.

5/ Après environ 70 albums chez Delcourt, comment s’est imposée votre nouvelle fonction de directeur de collection ?
J’avais prévenu qu’à 77, j’arrêtais tout et me consacrais à la peinture sur soie.
Non, en fait, Guy Delcourt et moi parlions de divers projets à développer dans l’avenir et à partir de là, il y a deux versions divergentes. Il dit que c’est moi qui me suis proposé. Et moi je prétends que c’est lui qui me l’a proposé. Une sorte de patate chaude, quoi…
Mais comme j’ai une très mauvaise mémoire, il est fort probable que ce soit lui qui ait raison.
Pour le reste, passer subitement et sans préméditation de scénariste à scénariste et directeur de collection s’apparente à un saut dans le vide.
Je vous préviendrai quand j’aurai atterri.

6/ Prévoyez-vous des événements spéciaux à Saint-Cierge-sous-le-Cheylard, dans le 07, en Ardèche ?
Bien sûr. Donner rendez-vous le 7 septembre à 7 heures, pour un méga-évènement VIP, à deux journalistes de Wartmag.
Et rester tranquillement chez moi à regarder un épisode de La Croisière s’amuse, manger des chips au vinaigre et ricaner bêtement.

7/ Et si il devait y avoir 7 bonnes raisons pour se précipiter sur Sept ?
1 – Fabien Vehlmann.
2 – Pascal Bertho
3 – Michaël Le Galli
4 – Alain Ayroles
5 – Mathieu Gabella
6 – Jean David Morvan
7 – Pour être dans la hype, la seule, la vraie.

7 de plus ?

1 – Sean Phillips
2 – Jérôme Lereculey
3 – Tim Mc Burnie
4 – Francis Manapul
5 – Luigi Critone
6 – Patrick Tandiang
7 – Takahashi Hikaru

Question à laquelle vous avez échappé : dans quel modèle de Peugeot s’effectueront les tournées de dédicaces ? 207, 307, 407 coupé V6 HDI ?
Je suis pour l’abolition définitive de la dédicace.
On a bien eu la peau de la gabelle, y’a pas de raison qu’on n’y arrive pas un jour.

En haut, les 7 pirates de Bertho et Mc Burnie. Au milieu une tite case des 7 missionnaires de Ayroles et Critone. Et en bas, une planche et une illustration des 7 pirates de Bertho et Mc Burnie. Oui, leurs noms n’ont pas changé entre temps.

Les images sont © Guy Delcourt Productions et les auteurs.