Soleil sort son appeau à collectionneurs

2008 commence bien pour les éditions Soleil et leurs offres à tirage limité. Si le désormais traditionnel Filles de Soleil débarque ce mois-ci contre l’achat de trois albums, d’autres opérations événementielles sont à signaler.

Le tirage spécial Angoulême de Wanderers tout d’abord. Scénarisé par le pape du comics Chris Claremont sur des dessins du français Philippe Briones, le tirage limité à 1300 exemplaires s’est arraché sur les stands de Soleil et Panini. Au format cartonné, l’album labélisé Fusion comprend des planches encrées, d’autres crayonnées, ainsi qu’une interview des auteurs. Vendue 15 € sur place, l’édition spéciale s’échange désormais contre bien plus sur les sites d’enchères en ligne. La version standard de l’album est attendue pour mai 2008.

Dans une édition encore très mystérieuse, Lanfeust des Étoiles revient en librairie dans une version spéciale du tome 7 mise en vente le 29 février. L’album coutera 15 €, et si aucune info n’a filtré sur son contenu, il pourrait s’agir d’une planche inédite en plus, comme ce fut le cas lors de l’édition de Lanfeust de Troy mise en vente le 31 décembre 1999…

  1. Les rencontres periscopage de Rennes ?

    On a quelques bretons dans le pool, il va falloir voir ça ! En tout cas, judicieux choix que Benoit Jacques comme invité d’honneur.

    Par contre, pas sur que le Soleil soit au rendez-vous ^^

  2. Bon, les gars de Wart, quand est ce que vous venez aux Rencontres Périscopages que l’on refasse le monde merveilleux de la bande dessinée devant une bonne bière ???

  3. L’arguement selon lequel Soleil à amener des lecteurs à la bd est au contraire hautement vérifibale 🙂 Il suffit de demander à certains membres de la rédaction de Wart ^^

    Autre exemple à glaner en libraire, nombreux sont les lecteurs à être arrivée à la bd par Lanfeust qui aujourd’hui lisent toujours ce type d’album aux côtés de titres issues du catalogue d’Atrabile ou de Cambourakis. Evidemment, certains autres lecteurs sont restés bloqués sur les protubérances mammaires des héroines de Crisse.

    Au dela de ça, Soleil a effectivement construit son catalogue en s’inspirant de ce qui marchait ailleurs, nottament chez Delcourt. Mais il a réussi également à dépasser en terme d’impact, nottament en heroic fantasy, ce qui se faisait ailleurs.

    Quant à dire que Soleil est tape à l’oeil et tapageur, la c’est effectivement une stricte vérité, qui comme vous le dites est totalement assumée par l’éditeur.

  4. Autant pour moi. Je n’ai pris la mesure péjorative du « sous-Delcourt ». Je voulais simplement dire que pour construire son catalogue, Soleil s’est plus que largement inspiré de celui de Delcourt.
    Mais les deux font la paire car n’oublions pas que Soleil et Delcourt se sont associés pour créer Delsol, société de diffusion et distribution des deux éditeurs.
    Ce que je reproche à Soleil, c’est son coté tape à l’oeil et tapageur, assumé certes, mais particulièrement désagréable. Et par conséquent son manque de pertinence.
    Après, je trouve irressevable parce qu’inverifiable l’argument selon lequel Soleil à amener des lecteur à la bande dessinée.

  5. Considérer tout le catalogue de Soleil comme du « sous Delcourt » ou « sous autre chose » est une vision un brin manichéenne. Certes nombres de critiques peuvent être apportées sur la politique éditoriale de Soleil, mais mettre toutes les séries de cet éditeur dans le même panier est un raccourci bien trop rapide.

    Si on veut être réaliste quant à l’impact de l’éditeur toulonais, il faut également ajouter à son crédit qu’avec sa politique, Soleil a su amener de nouveaux (ou d’anciens qui n’en lisaient plus) lecteurs à la bande dessinée. Lecteurs qui pour la plus part ce sont ouvert à d’autres styles et graphismes bien au dela de Soleil après cette première apporche.

  6. Deglingo> je trouve à la fois intéressant et effrayant cette surenchère entre éditeurs. La surabondance de titres n’a jamais profité aux lecteurs. Si delcourt a choisit d’avoir une politique commerciale digne de la grande distribution, c’est dans doute le seul point commun avec Soleil. Soleil et son fameux pdg sont, a mon avis et ce n’est que mon avis, toujours à la traine d’éditeurs comme Delcourt ou Glénat. Soleil, c’est et ce sera toujours du sous-Delcourt. Bien que je n’apprécie pas prticulièrement Delcourt, il faut reconnaitre que leur catalogue est la preuve, pour certaine collection d’une véritable ligne éditoriale. Ce qui nuit à Soleil, c’est cette quête vaine et stupide d’une reconnaissance des autres éditeurs. L’achat de 50% de Futuropolis ne cachera jamais que pour vendre leurs albums, les gens de chez Soleil trouvent qu’il est indispensable de se coller une plume dans le cul.

  7. Si on veut être précis dans les chiffres, il faut donc noter que ce sont les éditions Delcourt et ses filiales qui ont produit le plus de titres en 2007 avec 484 albums.

    En deuxième position, on retrouve le groupe Média Participaitons (Dagaud, Dupuis, Lombard, Kana, etc…) avec 474 titres.

    L’éditeur Soleil et ses filiales arrive lui en troisième position avec 428 titres…

    Aussi loin que je me souvienne, personne ne dit qu’il ne faut pas parler de Delcourt alors que c’est le plus gros producteur de l’année 2007…

  8. cher rédacteur,
    le but de Soleil est de publié un maximum de titres, c’est à dire pour parler simplement d’oocuper un maximum d’espace en librairie. Espace bien sûr qui n’est pas consacré à d’autres productions, pas forcèment altrenatives, mais de qualité. On peut lire un peu partout dans la presse mal informée que la production de titres, plus de 4000 pour 2007, prouve la bonne santé de la bande dessinée en France. Il faut porutant lire entre ligne et bien constater que cette abondance de titres, cache une uniformisation de l’offre et un appauvrissment du contenu. Soleil participe depuis toujours de cela, d’où mon courrou, coucou.
    mais ne vous offusquez pas pour si peu cher rédacteur, Soleil ne vaut pas la peine que l’on se mette la rate au bouillon et continuez votre trés bon travail.

  9. Alain Bollec > Parce que Soleil n’est pas Satan et ils ne publient pas que des trucs complètement con.
    Oui on peut aimer Lanfeust et lire de la BD alternative. Ce n’est pas sur ce site que vous pourrez lire le contraire. Et ça n’a rien de démago, c’est la vérité au même titre qu’on peut aller voir la dernière prod J.J. Abrams au ciné et enchainer sur un film comme Into the Wild.

    BenT > C’est bon à savoir, mais pour le coup l’intérêt de cette édition se rapproche davantage du néant.

  10. D’après Tarquin, pas de contenu en plus par rapport à l’histoire, du genre planche bonus, dans ce tirage 😉

Les commentaires sont fermés.